Les journalistes du Sud écartés : Le Monde refuse de nous livrer le nom des 21 comptes mauritaniens…

clown fauché

Voilà mon échange avec Serge Michel, responsable éditorial «  le monde afrique ». D’abord il faudrait que nos journalistes arrêtent de répéter que 21 mauritaniens sont concernés par Swissleaks car il s’agit de 21 clients en rapport avec la Mauritanie dont seuls 43% disposeraient de la nationalité mauritanienne. Nous avons écrit au canard Le Monde afin d’en savoir plus car il ne s’agit pas d’un secret d’Etat et les journalistes du Sud ont été écartés de cette affaire sauf un ou deux amis du Monde.

Voilà comment ça s’est passé : « Le Monde, devant l’ampleur de la tâche, avait rapidement compris qu’il ne pourrait pas traiter seul les documents auxquels il avait eu accès. Ce geste, consistant à en partager l’accès avec le Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ), est emblématique d’une nouvelle façon, disons « 2.0 » pour faire court, de pratiquer l’investigation mondiale. L’ICIJ allait de son côté constituer autour des données HSBC un réseau d’une ampleur inégalée.

L’opération, alors, ne s’appelait pas encore SwissLeaks, mais Voyager, nom de code tiré de la série « Star Trek » comme à chaque fois à l’ICIJ. Ce lundi de septembre, les participants découvrent les trois outils que le consortium a mis au point d’arrache-pied durant l’été : un forum sécurisé d’abord, sorte de Facebook fermé pour échanger les trouvailles, les interrogations, les documents et les plans de publication, une base de données, « black light » pour des recherches par nom, par pays, par source, et enfin une application, « graph », pour visualiser les liens entre ayants droit et holdings et sociétés offshore. Les communications, elles, ne passaient que par des messageries cryptées.

Chacun allait ensuite travailler à sa manière. Au Guardian, quatre journalistes ont couvert de centaines de Post-it les murs d’une salle par catégories : hommes politiques, célébrités, trafiquants de drogue, philanthropes, marchands d’armes, etc. Au Monde, une cellule a aussi été créée, dans une pièce discrète. Restait à fixer le jour et l’heure de publication. Objet d’âpres négociations sur tous les fuseaux horaires de la planète et en fonction d’heures intangibles comme celle de l’émission « 60 minutes » de CBS, tous les dimanches à 19 h 30, heure de New York. Restait surtout à appeler tous les gens cités dans les articles, qu’ils se trouvent à Paris ou à Bamako, dans la fièvre des dernières semaines avant le moment fatidique : dimanche 8 février à 22 heures, heure de Paris.

Une enquête du Monde, en partenariat avec l’ICIJ et 60 Minutes, ABC Color, Abidjan Live News, Aftenposten, Armando.info, Asahi Shimbun, BBC Panorama, CBC/Radio-Canada, CIPER Clarin, Connectas, De Tijd, DR, El Comercio, El Confidencial, El-Watan, Free Arabs, Haaretz (The Marker), ICIJ, Journalism and Media Studies Centre, HKU, IDL-Reporteros, Inkyfada, L’Espresso, L’Hebdo, La Nación, laSexta, Le Matin Dimanche, Le Soir, Le Temps, Maka Angola, MO* Magazine, NDR News, OuestAf News, Plaza Pública, Politiken, Premium Times, SBS TV, Semanario Universidad, Sonntagszeitung, Süddeutsche Zeitung, Sveriges Radio, Ta Nea Tages-Anzeiger, Tempo t’en, The Guardian, The Indian Express, The Irish Times, The Straits Times, The Sunday Times, Trouw Univision, UOL Vedemosti et VOA WDR YLE. »

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/02/08/swissleaks-les-coulisses-d-une-investigation-mondiale_4572344_3234.html

—————————————————-

Etant journaliste mauritanien d’investigation, pour ce que ce mot signifie chez nous, n’ayant pas l’honneur d’appartenir à ce consortium comme la majorité des journalistes africains et tous les journalistes mauritaniens, j’ai écrit à Serge Michel qui a eu la gentillesse de m’envoyer ailleurs avant de prendre la mouche.

La Mauritanie n’est pas le Maroc qui interdit à ses sujets d’avoir un compte en devise à l’étranger.  Les 43% de mauritaniens concernés parmi les 21 clients ayant un rapport avec la Mauritanie, n’ont aucune raison de fuir le fisc mauritanien. Qui aurait intérêt à participer à cette opération sinon des mauritaniens ou de « faux mauritaniens » ayant résidence en Europe. Pourquoi refuser de nous faire participer en tant que journalistes d’investigation du Sud à propos du volet concernant nos pays respectifs ? Pourquoi faire grand mystère de ces 21 noms sans aucun intérêt ? J’ai dit à monsieur Michel que nous avons toutes les raisons de nous inquiéter quand on sait que l’envoyée spéciale du Monde à Nouakchott pendant la campagne présidentielle attaquait le pouvoir et défendait un certain activiste, Birame en l’occurrence, avant de changer totalement de ton sitôt qu’elle fut reçue à la présidence d’où elle est ressortie métamorphosée en cantatrice !

Voici mon échange avec Serge Michel, il n’y a rien de confidentiel, on peut le publier car je lui ai dit que je vais informer nos lecteurs de la situation :

Le 10/02/15 : bonjour

je suis Ahmed OULD SOUEID AHMED, allias Vlane, un journaliste-blogueur mauritanien indépendant du site www.chezvlane.com
activiste à l’occasion

vous pouvez trouver mes articles partout sur la toile mauritanienne et cités ici dans une pétition d’ONG des droits de l’homme pour sauver un jeune condamné à mort chez nous

https://www.change.org/p/signez-nombreux-et-faites-signer-pour-sauver-la-vie-d-un-d%C3%A9tenu-d-opinion

ou m’entendre ici TV à propos de liberté d’expression et islamisme en Mauritanie

http://www.noorinfo.com/Voici-notre-debat-en-direct-de-vendredi-dernier-Pleins-Feux-sur-Wataniya-TV_a15060.html

et même sur mediapart il y a lien vers mon site quand vous cliquez sur le lien
vers la traduction en français dont parle le journaliste

http://blogs.mediapart.fr/blog/mohamed-louizi/060115/pour-sauver-la-vie-de-mohamed-cheikh-ould-mkheitir-ma-lettre-au-president-de-la-republique

ou là enfin invité à Washington avec une centaine de journalistes du monde

http://chezvlane.blogspot.com/2014/10/hier-au-departement-detat-nous-avons.html

voilà pour les modestes présentations

nous n’avons pas de journalistes d’investigation adhérant à l’association qui a traité les données en votre possession, aussi nous ne pouvons pas savoir qui se cachent derrière les 21 mauritaniens.

pouvez-vous nous donner les noms ? ou nous dire comment
avoir accès aux données concernant le volet mauritanien ?

Merci

Serge Michel : Nous ne distribuons aucune donnée.
C’est le consortium ICIJ qui gère les partenariats.
Il faut écrire (en anglais) à Marina Walker
mwalker@icij.org

Vlane : merci de me répondre si vite
cela dit entre nous le plus simple peut-être
eût été qu’un de vos confrères fasse un petit mot sur le sujet
nous sommes des journalistes indépendants cette adresse figure 
sur mon site, il ne s’agit pas là d’un secret d’Etat
que de dire voilà les 21 noms des mauritaniens nous les avons reçus du monde
en quoi est-ce que c’est délicat ?
enfin merci
bonne soirée

Le 11/02/15 Vlane : bonjour
désolé de vous déranger encore mais personne ne répond à l’adresse que vous nous avez indiquée
pourquoi tant de mystère pour 21 noms en rapport avec un petit pays comme le nôtre ?
pourquoi rendre public certains noms et pas d’autres ?
pourquoi écarter les journalistes du Sud ?
excusez-moi c’est vraiment lamentable
bonne journée

Serge Michel : cela fait des mois que nous travaillons sur ces sujets, vous ne pouvez pas exiger quoi que ce soit en 24 ou 48 heures.
Ce sont des données sensibles et elles ne seront pas partagées sans signature d’un contrat entre vous et ICIJ.
Ces données nécessitent par ailleurs plusieurs semaines de traitement.
Les responsables du consortium sont débordés de demandes comme la vôtre.
Si vous trouvez cela lamentable, c’est que vous n’avez pas compris la nature des données, ni les précautions pour leur utilisation ni l’esprit du consortium.
Alors arrêtons là et merci de cesser de m’écrire.
Serge 

Vlane : j’arrête là en effet
vous ne m’empêcherez pas de me poser des questions
quand on sait ici que votre envoyée spéciale pendant la campagne présidentielle
attaquait le pouvoir sans ménagement en défendant un certain activiste
puis elle a été reçue à la présidence d’où elle est sortie en chantant
jusque la preuve du contraire nous avons toutes les raisons 
de prendre les déclarations du Monde avec des pincettes
pourquoi n’avoir pas cherché à impliquer des journalistes du Sud
de chaque pays concerné
c’est votre dernier souci
gardez vos informations
nous allons informer nos lecteurs de votre politique
ça vous fait une belle jambe
gardez-la
adieu

Serge : Je ne répondrai pas à votre colère
Il y a des journalistes du sud impliqués, hélas pas encore en Mauritanie.
Un autre média mauritanien a contacté ICIJ. J’ai le sentiment qu’ils sont plus patients que vous.
J’ai pour ma part appuyé votre demande auprès de l’ICIJ, je regrette la tournure que vous avez donné à nos échanges.

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge