Les migrants au coeur du Forum social mondial à Tunis

Le Forum social mondial s’est tenu la semaine dernière à Tunis. C’est le rendez-vous des altermondialistes avec 4 500 associations venues de plus d’une centaine de pays, réunies pour échanger. Les débats ont tourné notamment autour des défis à relever pour les pays des révolutions arabes : économie, développement, jeunesse, justice. Autre thème fort, à l’honneur dans ce forum, les migrations.
Une manifestation d'altermondialistes dans le centre de Tunis, à l'occasion du Forum social mondial, le 26 mars 2013. AFP PHOTO/FETHI BELAID

Une manifestation d’altermondialistes dans le centre de Tunis, à l’occasion du Forum social mondial, le 26 mars 2013.
AFP PHOTO/FETHI BELAID

Une liste de noms sur une immense banderole a balisé le site du forum social mondial  cette semaine. Une liste de noms de migrants disparus en mer. Et pour cause, l’émigration clandestine touche toujours de nombreux Tunisiens, deux ans après la révolution.

Sinda Garziz de l’association tunisienne Article 13, défend la liberté de circulation : « Ils veulent un avenir meilleur, donc ils quittent le pays, même si c’est risqué. Pas mal d’entre eux ont essayé d’avoir un visa réglo, mais ils ne l’ont pas eu. La situation économique en Tunisie et l’oppression des frontières qui implique aussi le système européen fait qu’ils vont tenter un moyen très risqué pour y arriver ».

Séiba Fanké, venu du Mali, a quant à lui vu ses frères vendre leurs vaches pour tenter l’aventure vers l’Europe. Aujourd’hui vice-président de l’association Droits ici et là-bas (DIAL), il envisage une alternative aux migrations. « Ils disent qu’il faut aller en Europe pour avoir tout, alors qu’on peut se développer chez nous. Nous voulons qu’ils se donnent la main pour construire ici, en Afrique », analyse-t-il.

Dans leurs conclusions, les organisations du monde entier réunies dans ce forum se sont engagées à promouvoir la liberté de mouvement en Méditerranée et ailleurs.

 

Source : RFI

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind