Les neuf centrales syndicales au Port se démarquent des dockers grévistes

Les neuf centrales syndicales au Port de l’Amitié de Nouakchott, CLTM, USOTM, CITM, CMT CGTM, UNTM CLKT, ULTM et UTM, se sont démarquées des samorydockers grévistes et ont réitéré leur attachement à l’accord qu’elles ont signé avec l’Etat en 2009.

Elles ont rappelé, lors d’une conférence de presse ce mercredi à Nouakchott, que les dockers ont bénéficié, suivant l’accord de 2009, une ambulance et une augmentation de 300 UM sur les 1000 UM de prix de manutention d’une tonne. Leurs conditions de transport ont aussi été améliorées et il leur est désormais permis de ramasser les restes de blé et d’autres produits qu’ils chargent et ou déchargent.

«Même si ces acquis sont faibles, les centrales sont tenues à respecter leur accord avec le gouvernement lequel a promis un nouveau tour des négociations autour de notre plateforme revendicative», ont-elle déclaré .

Les neuf ont par ailleurs dénoncé la répression des forces de l’ordre contre les grévistes, tout en accusant ses derniers d’avoir fait recours à la violence pour exprimer leurs revendications et incité les autres dockers à désobéir à leur centrale syndicale.

 

Un peut plus tôt les dockers grévistes ont  annoncé un accord  avec le ministère de l’Equipement et des Transports qui, disent-ils, leur a promis une augmentation du prix de la manutention d’un kilogramme qui est jusque là fixé à 0.8 UM, soit 1000 UM par tonne dont 20% revient au Bureau de la Main d’œuvre au port.

 

Et selon le porte-parole des dockers grévistes Chams Dine Ould Jaby le ministère a promis, comme les grévistes, que Mohamed Ould Cheikhna ne gère plus le bureau de la Main d’œuvre au port.
Les dockers grévistes ont toutefois précisé qu’ils ne vont pas reprendre le travail avant que  ce dernier accord ne soit effectivement appliqué, et ils ont donné deux jours au ministère pour y procéder.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind