Les opposants étrangers doivent respecter le droit d’asile » (Sidiki Kaba)

Sidiki Kaba,Seneweb : Le Sénégal restera un pays ouvert et un pays d’asile qui accordera sa ‘’Téranga’’ (hospitalité)) à tous les opposants africains qui y viennent s’ils sont conformes aux droits et aux conventions d’asile, a déclaré samedi à Dakar, le ministre de la Justice Sidiki Kaba. Interpellé par des journalistes sur le sort de l’opposant gambien Sidy Bayo qui serait libéré d’après la presse, le ministre de la Justice n’a pas voulu confirmer ou infirmer l’information.

Sidiki Kaba a plutôt insister sur ‘’l’importance de respecter les principes et les droits d’asile dans un pays’’. ‘’Il faut avoir le sens de la responsabilité pour respecter ces principes et ces droits à la fois interne et international (…) le Sénégal est un pays ouvert, un pays d’asile depuis l’indépendance. Des opposants africains de tous bords, de plusieurs pays ont pu bénéficier de l’asile dans notre pays’’, a notamment dit M. Kaba qui présidait la Conférence annuelle des chefs de juridictions du Sénégal. De tout le temps ‘’des opposants africains sont au Sénégal, mais c’est pour mener des activités qui sont conformes au droit d’asile.
Tous ceux qui s’y conforment savent qu’ils bénéficient de la Téranga sénégalaise’’, a-t-il poursuivi. Pour lui l’affaire Sidia Bayo ‘’n’est pas une affaire judiciaire au sens classique du terme ». ‘’C’est une mesure qui avait été prise à l’encontre d’une personne qui était au Sénégal. Cette personne d’origine gambienne, est venue de la France. Dans les termes de son séjour au Sénégal en tant qu’opposant, il devait s’abstenir de tout acte de sédition ou de subversion pouvant mettre en cause la stabilité d’un Etat voisin’’, a insisté Sidiki Kaba.
 L’opposant gambien Sidia Bayo avait déclaré dans la presse qu’il saluait le coup d’Etat que des hommes armés ont tenté de perpétrer en Gambie, le 30 décembre dernier. En raison de cette réaction, il « a été interpellé par la Police sénégalaise à son domicile, aux Mamelles (Dakar), dans la nuit du 2 au 3 janvier. Et [il est] depuis lors détenu dans les locaux du commissariat central de Dakar, sans explication aucune », avaient affirmé ses avocats.
Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge