LES RAISONS D’UNE TRAVERSEE DIFFICILE DES PÈLERINS DE NIMJATT (KHADRES) À ROSSO,

Les pèlerins en partance pour Nimzatt (Mauritanie), en vue de la ziarra annuelle au mausolée de Cheikh Saadbouh, peinent à franchir le fleuve Sénégal, en raison de lenteurs sur les rotations du bac de Rosso, a constaté vendredi l’envoyée spéciale de l’APS.

TRAVERSEE SUR LE BAC DE ROSSO

Sur la berge, plusieurs centaines de fidèles khadres du Sénégal font la queue depuis des heures. Des centaines de voyageurs sont à bord de leurs bus, pour certains et pour d’autres, dans leurs petites voitures.

Un bac peut transporter une dizaine de véhicules, mais la priorité reste pour les petits véhicules. Seuls deux bacs font des rotations de 30 minutes.

Selon des témoins trouvés sur place dans la soirée, la traversée des deux bacs avait été suspendue à 1h du matin pour ouvrir à 9h, vendredi. Cette lenteur a donné à quelques uns l’envie de rebrousser chemin.

‘’Je suis ici depuis jeudi 15h alors que j’ai quitté Dakar très tôt le matin. Nous sommes fatigués et les deux bacs sont très lents’’, confie un jeune homme, qui accompagne sa mère.

Un autre pèlerin signale que la traversée a été à nouveau suspendue à 17h pour ne rouvrir qu’après la coupure du jeûne.

‘’Pour un évènement de cette dimension, les autorités mauritaniennes auraient pu éviter de fermer les bacs pour rendre la traversée plus fluide’’, commente un autre pèlerin.

Pour leur part, les éléments de la sécurité, du côté sénégalais, veillent au grain. La police des frontières à Rosso et la gendarmerie à Richard-Toll sont sur place pour assurer la sécurité de la traversée

Source: APS

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind