Les pickpockets sèment la terreur dans les marchés de Nouakchott.

pickpocket
Faire le shopping ces temps fête, n’est pas une chose facile pour les femmes fréquentant les nébuleux marchés de Nouakchott. Car les rues obstruées de ces marchés sont souvent investies de bandes infinies de pickpockets qui s’adonnent à toutes sortes de vols et de larcins.

Certains arrachent de façon manifeste, les sacs des femmes en prenant la poudre d’escampette parmi les centaines de passants marchants les uns sur les autres. D’autres s’attaquent Parfois aux sacs portés en bandoulière, qu’ils dépossèdent de leur contenu à l’insu de leurs propriétaires, ne se rendant compte qu’au moment de régler la facture de la marchandise payée. On n’en compte pas, dans ces lieux, le nombre de femmes victimes de ce genre de vols.

Les tenanciers des boutiques, et également les vendeurs à la sauvette, ne sont pas à l’abri, ils doivent avoir constamment mille yeux sur leur bien, car à la moindre inadvertance, le sale tour est joué.

Les différentes équipes des forces de l’ordre mobilisées pour la sécurité des marchés arrivent à peine à contenir ce fléau par son ampleur. Elles en arrêtent pourtant chaque jour, des dizaines avec l’aide de la population, sans parvenir à éradiquer le mal.

Et plus la fête s’approche, plus les marchés s’emplissent, en s’exposant de plus à la recrudescence des vols. Depuis deux jours, la sécurité est renforcée dans tous quartiers environnants les marchés. Et dans tous les corps, des équipes sont déployées pour la sécurité dans toutes les moughataa de Nouakchott.

Le dimanche dernier, le centre hospitalier a reçu deux blessés graves, victimes de malfaiteurs. L’un fut agressé aux environs du marché de téléphones mobiles, appelé Nokta Sakhina. Il aurait été dépossédé d’une somme de 150 000UM et d’un mobile qu’il vient de se procurer. Il reçut deux coups de couteau, l’un à la nuque, l’autre à la jambe.

La deuxième victime a été retrouvée presque moribond à coté du marché Tieb Tieb, il a reçu plusieurs coups de poignard. Il est toujours hospitalisé mais sa vie n’est plus en danger. Ces deux cas surviennent également à une semaine seulement du meurtre de Dar Naim d’un adolescent, tombant dans les escarcelles de deux lâches criminels.

Au moment de saisir ce papier, deux larcins rentrent dans une boutique d’à coté du siège du journal, en emportant deux bouteilles d’huile de 20 litres, l’un des voleurs fut arrêté et remis aux forces de l’ordre.

Un regain d’insécurité réel qui règne ces jours ci sur la ville de Nouakchott, appelant les citoyens à plus de vigilance et de prudence, surtout dans leur déplacement à la tombée de la nuit.

HC

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge