Les rafles ‘racistes’ continuent : Ma mésaventure du vendredi soir


Pas un seul jour ne passe sans qu’on voit ces scènes révoltantes, de jeunes, arrêtés par la garde nationale et dont le seul tort est d’avoir la peau noire, je l’ai su à mes dépens. Les check points au niveau des jardins maraîchers du 5éme arrondissement ,au niveau du carrefour Yero Sarr et le long de l’axe préfecture 6éme jusquà l’hotel Ikram sont contrôlés par des gardes qui arrêtent qui ils veulent et laissent passer qui ils veulent.

police_voiture(2)Les jeunes de ces quartiers sont depuis quelques années déjà habitués à ces contrôles d’identité abusivement répétés et réalisés sans discernement par ces gardes. Mais ces derniers jours nos chers gardes sont passées à la vitesse supérieure et ne prennent même plus la peine de demander la pièce d’identité ils choisissent qui rafler et qui libérer.

Les jeunes en jean sont leur cible favorite surtout ceux qui sont à pied.ceux qui sont dans leurs voitures eux sont à peine contrôlés. J’ai donc eu la malchance d’être tombé sur l’un de ces check point ou on m’a tout simplement dit d’aller rejoindre le groupe des « ramassés » sans autre forme de procès.

J’ai essayé de protester en disant que j’avais ma pièce d’identité et ma carte d’étudiant mais nos chers gardes m’ont tout de suite fait comprendre que c’est eux qui commandaient et qu’ils pouvaient arrêter qui ils voulaient. Un élément de la garde au niveau d’un de ces check point m’ a dit qu’il y avait un « couvre-feu » c’est le terme qu’il a utilisé et nous a dit qu’au niveau des deux quartier de 5 éme et 6 éme ils avaient pour ordre de « ramasser » même ceux qui avaient leurs pièces d’identité.

Une mesure que rien ne justifie à part le racisme pure et simple car ces quartiers sont majoritairement habités par des noirs. ces fameux check point inutiles ne diminuent en rien les agressions et vols et ont pour seul effet d’augmenter le ressentiment des populations qui vivent dans ce quartier. Je suis donc resté là assis en attendant l’arrivée de l’officier de permanence qui peut être pourrait être plus compréhensif. Dans les minutes qui ont suivi d’autres jeunes ont rejoint notre groupe.

Deux jeunes raflés avec nous ont eu la chance de se faire libérer par un ami à eux. Visiblement un policier. Du coup ils étaient libres et passaient du tic au tac de statut bandits potentiels ramassés à jeunes citoyens libres…

Pauvre Mauritanie la fin de l’interventionnisme et de la discrimination n’est pas pour demain. Nous autres qui n’avons pas de potes « hommes de loi » avons fini la nuit au commissariat dit de « thieb thieb » entre moustiques et odeur d’urine jusqu’au petit matin. S’il y a un couvre-feu , la population doit en être informée par voie officielle et avec des explications pour qu’elle puisse et accepte de s’y conformer.

 

Source : triste78

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge