Les riziculteurs demandent aux parlementaires de les aider à surmonter la crise qui secoue le secteur

surmonterLes agriculteurs de la ville de Rosso, dans un communiqué distribué hier mercredi, ont appelé les élus à les aider à résoudre la crise que traverse le secteur rizicole depuis l’année dernière.
Dans ce communiqué, les agriculteurs accusent le gouvernement de s’être désengagé de la filière rizicole en abandonnant une grande partie de sa mission première.
Pour les agriculteurs la privatisation du matériel d’exploitation, l’abandon du circuit de commercialisation, la suppression de la subvention des intrants agricoles et le déficit important de la production menacent dangereusement l’avenir de l’agriculture irriguée.
Les riziculteurs dénoncent l’anarchie qui caractérise le secteur de la commercialisation, les producteurs laissés à la merci des spéculateurs.
Les coûts de production ont sensiblement augmenté, l’hectare revenant désormais à 450.000 ouguiya alors que le prix de vente de 2 tonnes de riz ne dépasse pas les 160.000 UM.
Les riziculteurs ont invité les parlementaires à effectuer une visite sur le terrain et à « interpeller la ministre concernée devant le parlement afin de faire avancer ce dossier qui relève de la souveraineté » selon eux.
En Aout dernier, le gouvernement avait arrêté une série de mesures affectant la filière agricole.
Il avait fixé le prix de la tonne du paddy entre 83 UM et 103 Um.
Le gouvernement avait également fixé à 40.000 tonnes la quantité de riz à acheter annuellement ou la valeur correspondante en paddy alors que l’état s’engageait auparavant à acheter toute la production.



 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge