L’esprit d’Edmond Kaiser…

Edmond Kaiser...

Cet homme né en 1914 et décédé en 2000 en Inde ou il fut selon son souhait inhumé comme un « intouchable », un paria, a été toute sa vie celui qui était féroce avec les puissants et doux avec ceux qu’il nommait non pas les pauvres mais les « bafoués », les « humiliés »…

Lorsque je parle des plus démunis de nos sociétés, « pauvres, nécessiteux », sont des termes qui me déplaisent, que j’éprouve comme une stigmatisation ! Je trouve que les termes « bafoués » et « humiliés » ont une certaine tendresse en impliquant la responsabilité des autres !

Pour leur apporter le réconfort possible, il se rendit antipathique, il noyait les radios et les télévisions de ces récits, revendications, apostrophes.. Etait de ceux qui quand il s’agit des être’ pour lesquels il se dévoue ne peuvent se taire !

Il donnait l’impression de pointer son doigt sur chacun de ces congénères comme s’il voulait lui demander : Toi, oui toi… Qu’as-tu fait pour ton prochain ! Il ne croyait ni en Dieu ni au paradis ce qui me le rend particulièrement attachant, car en raison de son athéisme, il n’attendait pour son œuvre aucune récompense divine et ne se souciait pas de son salut. Il savait, il voyait ou on avait besoin de lui et rien ne lui était plus important que d’agir !

Fondateur de la très efficace ONG suisse « Terre des Hommes » il mourut alors qu’elle fêtait son cinquantenaire… Même à l’occasion de ce jubilé sa personne fut entourée d’un silence assourdissant… Comme s’il n’avait jamais existé. Comme si tout le monde l’avait chassé de sa mémoire ! Lui qui bousculait les consciences, et gênait les puissants, fut recouvert d’un manteau …

D’indifférence!

Au risque de choquer je suis persuadée que Dieu l’aura accueilli dans son saint paradis ! Les raisons de son athéisme nous sont inconnues, mais son amour du prochain devrait lui avoir attiré la main accueillante de notre créateur ! L’auteur français Jean d’Ormesson donne sa vision de la sainteté dans un de ses livres intitulé « c’est une chose étrange à la fin du monde » ! Ce texte me conforte dans l’espoir que cet homme siège au paradis, lui dont le seul but était d’aimer ceux qui ne connaissant pas l’amour !

Voici le texte : « Les athés qui souvent sauvent des vies, soignent des malades et s’engagent pour les pauvres ont beaucoup de mérite. Ils ne croient pas à une rétribution de leurs actes, mais ils sont les seuls qui méritent le nom de saints. Et ils seront assis à la droite de Dieu en lequel ils ne croyaient pas » Si cet écrivain à raison Edmond Kaiser est certainement à cette place entouré des enfants humiliés qu’il n’a jamais cessé d’aimer !

Je suis touchée au plus profond de moi-même par ces termes « humiliés, bafoués » qu’y a-t-il effectivement de plus humiliant que d’être les laissés pour compte d’une société seulement parce que l’on ne peut pas exhiber une belle maison, une voiture puissante et des vêtements à la dernière mode…

Combien d’intelligences ne pourront jamais être découvertes tout simplement parce que le chemin des uns ne croise pas celui des autres ! Combien de ressources humaines sont irrémédiablement perdues ? Méprisées ? Bafouées ?

Une amie allemande, professeur de français dans un lycée de Düsseldorf et comme tous les étés à Nouakchott, me parlait d’une de ses élèves qui vient de réussir son Baccalauréat avec les meilleures notes possibles ! Cette jeune fille d’origine Serbe et d’un milieu extrêmement modeste a maintenant la possibilité, ayant les notes nécessaires, de faire des études de médecine et ainsi sortir de se sortir elle et sa famille d’une situation précaire !

Le Ramadhan touche à sa fin… Il a apporté comme tous les ans son contingent de plaintes, gémissements et compassion pour : nous-mêmes ! Son lot aussi de religiosité et d’hypocrisie pour ne pas dire « d’hypocrisie religieuse » ! De ruptures de jeûne pauvres, modeste ou fastueuses… Maintenant beaucoup vont refermer ce mois et penser à autre chose jusqu’à la fin du mois de juin 2014 !

Je me permets de formuler un souhait : L’équipe de CRIDEM nous a interpellé avec le sort de nos « humiliés et bafoués »… Je serais heureuse que l’esprit d’Edmond Kaiser nous touche tous, de façon durable, sans faire des comptes avec Dieu et sans attendre notre récompense… Que l’émotion ressentie à la vue de photos montrant le dénuement dans lequel nos frères et sœurs vivent, au coin de chez nous, continue à nous imprégner de façon durable…

Aidons avec nos moyens ces gens à non pas, retrouver leur dignité car ils ne l’ont jamais perdue, mais avec notre aide offrons leur notre estime, notre considération et ainsi ils ne seront plus des « humiliés » et des « bafoués » !

Bonne fête !

Maryambrodowski-Bâ
maryampbrodowski@yahoo.fr

Source : Le Quotidien de Nouakchott

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge