LETTRE A LA MAJORITE ET L ‘OPPOSITION POUR UNE REFONDATION DE LA REPUBLIQUE

Contribution1

Je ne me souviens plus de qui a écrit un article prémonitoire dont le titre est : 2013 année de tous les dangers, sauf que ces dangers ne sont pas ceux dirigés contre le pouvoir mais contre l’état mauritanien dans son ensemble car je crois qu’on arrive au bout d’un cycle de déconstruction .Oui, cette déconstruction a été entamée depuis le coup d’état du 10 juillet 1978 avec l’arrivée des militaires au pouvoir.

Le pays s’est trouvé entre des mains novices et non préparées politiquement à affronter les multiples défis d’une nation en devenir

Depuis cette date les régimes militaires qui se sont succédés et leurs alliés n’ont eu pour but que la désintégration de ce pays par l’absence de vision politique autre que de rester au pouvoir, d’en profiter et d’en faire profiter les proches.

Il n’ y avait comme programme politique que l’emprisonnement des empêcheurs de tourner en rond ( mouvements politiques clandestins , personnalités politiques, syndicalistes etc..)

Une classe militaro-féodalo – affairiste s’installa au pouvoir pour affamer le peuple et le domestiquer.

Il faut dire qu’ils ont réussi à instrumentaliser le peuple pour assouvir leur sinistre dessein : diviser pour régner.

Le système militaro –féodal appuyé par une bureaucratie aux ordres a réussi à dresser les populations les unes contre les autres et ainsi mettre à mal cette cohabitation de plusieurs siècles entre les différentes composantes de notre peuple que le colonialisme malgré sa perfidie et sa puissance de nuisance n’a pu réussir à compromettre.

Ce système que certains désignent par le pouvoir arabe ou des arabes est certes composé en majorité d’officiers et bureaucrates issue de cette communauté mais il a en son sein des éléments de toutes les autres composantes et qui profitent au même titre que les premiers de ces juteuses retombées.

Il serait injuste d’en faire porter la responsabilité à une composante plutôt qu’à une autre.

La pauvreté est la seule chose la mieux partagée chez nous.

Des fortunes colossales se sont bâties dans ce pays ou nul n’a hérité de quoi que ce soit, tous ceux qui se sont enrichis l’ont fait au détriment de la collectivité nationale et sur le dos du peuple.

SI… on avait eu des dirigeants qui se soucient tant soit peu de ce que l’histoire retiendra de leur passage au pouvoir ou ont un minimum de patriotisme, de crainte d’ALLAH, de culture politique ou culture tout court on aurait surmonté beaucoup de difficultés et on ne serait pas aujourd’hui à douter de la viabilité de notre pays.

Que d’opportunités ce pays a perdu pour sortir du sous-développement, que d’occasions ratées pour améliorer le sort de ces populations victimes de la pauvreté, de l’ignorance.

Continuer à construire un état ou tous les citoyens seraient fiers de leur appartenance à ce pays, égaux devant la loi, vivants en harmonie et riches de leurs diversités.

On pouvait par exemple entre autres : depuis la loi de 1981 abolissant l’esclavage , prendre à bras le corps cette gangrène et lui trouver les solutions appropriées depuis belle lurette.

.On pouvait adapter notre démocratie pour être une méritocratie au service des populations et non une inaptocratie ou médiocratie mal greffée ou les moins capables de gouverner sont aux commandes .

Que de si ….que nous n’avons pas terminés ou même entamés

.-Oui avec des SI on peut mettre Paris dans une bouteille….

Aujourd’hui, nous arrivons en fin de cycle de destruction de cet état nation affaiblie qui est notre patrimoine commun, assaillie de toutes parts par une multitude de problèmes, de revendications, de demandes de justice aussi légitimes les unes que les autres et longtemps refoulés.

Que pouvons nous faire, que devons nous faire pour sauver notre pays de l’implosion ?

Il est facile de faire porter la responsabilité à ceux qui nous ont gouvernés depuis presque 40 ans et à ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui mais est ce la solution ou même un début de solution.

Le pouvoir actuel a hérité de toute cette situation mais est il capable de trouver seul les solutions ?

A t il la volonté politique pour cela ?

Je crois qu’il est urgent de trouver des réponses à toutes ces inquiétudes par un dialogue franc entre toutes les forces politiques et sociales ..

L’initiative de sortie de crise du Président Messaoud est une nouvelle opportunité pour discuter de l’avenir de notre pays, de sa gouvernance, de la cohabitation entre toutes les communautés dans un climat serein et apaisé.

J’espère que nos leaders d’opinion saisiront la gravité de la situation que nous vivons et seront à la hauteur des défis.

Mohamed Ghoulam Ould Beye

Nouadhibou

Source : Mohamed Ghoulam Ould Beye

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind