Lettre de démission de l’UFP

Cheikh Sidi El Moctar Ould Abdel GhavourIl est difficile à découvrir après des dizaines d’années que l’outil militantiste pour lequel nous avons consenti maints sacrifices et efforts a connu la dérive et devenu exploité pour la réalisation des objectifs autres que ceux pour lesquels il été crée. Cela malheureusement ce qui a été passé pour l’union des forces de progrès que toutes les donnés indiquent qu’il est au bord de l’abime.

Beaucoup des gens reconnaissent que j’ai parié depuis les amorces de la création du Mouvement National Démocratique sur la nécessité de bâtir un cadre de lutte pour la sensibilisation des couches vénérables et défendre leurs intérêts.

Nous avons réalisé des acquis immenses consistant à la formation d’un mouvement distincte de paysannat et d’ouvriers dans une résistance héroïque contre les forces féodales et régimes dictateurs.

Après que nous étions en préparation pour déclencher une révolution nationale démocratique, nous avons procédé à la réévaluation de notre ligne politique sur la base de données intérieure et de tournants mondiaux. Ainsi nous avons décidé consciemment l’adoption d’une démarche pacifique pour l’accès au pouvoir à travers le travail sur l’unification de l’une de plus importantes forces sociales et assumer nos responsabilités éducatives en contribuant à la consécration d’une démocratie sereine via une démarche de changements progressifs réunissant le combat, le dialogues et les reformes.

Nous avons volontairement mis aux premiers rangs de nos préoccupations un but stratégique qui exige la nécessité d’exploiter toutes les espaces de liberté et d’expression démocratique en transformant les zones électorales acquises à travers les compétitions électorales à des espaces pour choisir et publier une nouvelle mode de gestion de l’affaire publique et les relations avec les citoyens.

Mais hélas tout cela a été négligé tout récemment en faveur d’une ligne de confrontation aveugle basée sur des positions tactiques dépassées par les circonstances en pariant sur des alliances inutiles et contre nature. Cette ligne aventurière est venu poursuivre une démarche étrange au parti dont les premières caractéristiques ont apparu pendant les présidentielles de 2007 ; démarche qui a connu plus d’aggravation au cours du dernier congrès du parti en fin 2012 et atteint son apogée au cours de la dernière session du Bureau exécutif et avec l’application sélective de sa décision

Au cours de cette session on a parvenu – après la menace de démission du président en raison de son évidence que l’équilibre des forces n’est pas à son profit – à une décision de compromis qui juge qu’on ne doit pas harceler les listes qui se sont présenter au nom du parti . Toutefois, le président a resté lors de l’application de cette décision dans sa position au coté de ceux qui boycottent les élections au détriment des intérêts du parti et ses bases et il a édicté le droit de toutes les listes sans avoir le droit de le faire à travers un message humiliant et provocateur adressé à la CENI.

Auparavant, c’est le président lui-même qui a rejeté une décision prise par le Comité permanent de participer aux élections et il s’est battu à son encontre au niveau de l’opinion publique. Une décision prise après un long parcours de report , d’obstruction et d’application sélective des décisions du parti où les efforts sont déployés pour la mise en œuvre des décisions relatives à l’approfondissement de crise avec le régime , tandis qu’on néglige les décisions relatives à la nécessité de se préparer pour les élections prises par la même institution.

Depuis sa création ; Je me suis opposé à cette démarche quand j’ai refusé d’accepter la participation du parti aux présidentielles de 2007 et j’ai marqué mon absence au congrès , comme je ressent la gravité de donner la priorité à la construction d’un leadership enceint de divers déviations, au détriment de l’attention portée à la construction d’un parti militant et de répondre aux préoccupations des masses et l’accumulation progressive des forces dans la perspective de bâtir l’équilibre des forces permettant au parti de se lancer dans de grandes échéances.

Bien que mes craintes aient trouvés leurs justificatifs , même pendant la campagne électorale de 2007, mais je me suis accrochée à l’espoir que nous pouvions trouver dans notre riche expérience de lutte qui nous empêche de continuer notre descente vers la pente et ce avant que je ne soit surpris que notre fuite à la pente était aussi une évasion de notre passé honorable et un abandon de tout ce nous lie à ce passé .

Aujourd’hui, et après qu’ils se sont avérés clairement les effets négatifs de cette démarche et a abouti à la destruction du parti historique en le vidant de ses bases militantes , pour satisfaire des ambitions absurdes et au mépris de sa ligne politique et aspirations de l’écrasante majorité de ses dirigeants et militants je me suis trouvé contraint de prendre la décision difficile et douloureuse à présenter ma démission, pas en vue de me rendre et de me fonder sur le confort , mais pour continuer mon combat de carrière par d’autres moyens.

Je ne peux manquer ici pour profiter de cette occasion en vue de rendre hommage à mes compagnons de lutte, en tenant à confirmer mon attachement aux principes et idéaux pour lesquels nous avions ensemble lutté pour sa réalisation et que je continuerai à me battre pour leur victoire.

18/10/2013
Cheikh Sidi El Moctar Ould Abdel Ghavour
Membre du bureau exécutif de l’UFP
Fédéral UFP Gorgol
Tel 46497195

Source : Limam Lem

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge