Liberté d’expression : Des exceptions que François Hollande a ignorées par opportunisme politique

Liberté d’expressionL’attaque des deux terroristes sur les locaux de Charlie Hebdo et le lâche assassinat de son équipe a soulevé une vague de solidarité mondiale avec la France et son combat contre l’intégrisme islamique. Treize (13) vies humaines furent enlevées pour la publication de simples et insignifiantes caricatures. Se posent alors les questions :
1) Ces caricatures valaient-elles treize vies humaines, le chagrin et la douleur de leurs familles et la mise en échec de la paix confessionnelle? À mon a avis NON!
2) La publication de ces caricatures avait-elle un intérêt public tel qu’il en valait la peine de sacrifier autant de vies? Évidemment que NON! 3)
Est-ce que caricaturer «outrageusement» pour faire sourire quelques lecteurs, tout en blaisant 1.7 milliard de musulmans, y compris des musulmans français, peut-elle se justifier par le droit à l’exercice de la liberté d’expression? Je pense que NON!
Certes, Charlie Hebdo exerçait sa liberté d’expression en toute légitimité. Et cette liberté est une valeur fondamentale pour toutes les sociétés démocratiques à travers le monde. Toutefois, si précieuse soit-elle, cette liberté souffre de quelques exceptions: citons entre autres «la diffamation», «le dénigrement», «la haine raciale, ethnique et religieuse» et bien sûr «l’atteinte au sacré»!
Chacun pensait que ce lâche massacre, à la Kalachnikov, des gens de Charlie Hebdo, allait nous faire prendre, tous, conscience de l’importance et de la pertinence de ces exceptions à la liberté d’expression. Malheureusement, Charlie Hebdo voulait, et veut encore aujourd’hui, exercer cette liberté à l’absolu, ce qui, en soit est une négation évidente du droit au respect des autres.
Sans même attendre la fin du deuil des uns et des autres, et en toute ingratitude au regard de la solidarité affichée à son égard, Charlie Hebdo revient à la charge, comme un récidiviste délinquant, avec des caricatures du Prophète Mohamed (ASWS) encore plus ridicules que les précédentes, enflammant ainsi les extrémistes musulmans et les terroristes de tout bord et dans tous les coins du Monde.
Il faut dire que la responsabilité première de cet écart revient au gouvernement français et plus particulièrement au Président, François Hollande. Plutôt que d’apaiser les esprits échauffés et concilier les divergences de consciences, le Président français est allé tout bonnement encourager, même financer, le tirage de Charlie Hebdo, avec des nouvelles caricatures encore plus offensantes pour les 1.7 milliard de musulmans, dont des citoyens français!
Se faisant, sous le coup de l’émotion, de la rue et par pure opportunisme politique, François Hollande a mis, et met, en danger notre sécurité et celle des français partout dans le monde, jouant ainsi le jeu des extrémistes musulmans toutes tendances confondues et ceux de l’extrême droite française.
Le monde s’attendait à un Président Hollande qui, dans des circonstances exceptionnelles comme celles-là, apaise, conforte, concilie autour des valeurs universelles fondamentales qui nous rassemblent tous, soit la tolérance, la fraternité et le pardon. Ça n’a pas été le cas. Dommage, vraiment dommage pour chacun de nous et surtout pour les victimes innocentes!

Maître Takioullah Eidda, avocat
Québec, Canada

Source : Me Takioullah Eidda

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge