L’impossible oubli des harratines¨Le meilleur dans le soleil c’est l’ombre¨

Haiba1S’il est une composante sur laquelle repose aujourd’hui tout l’équilibre de la Mauritanie, c’est sans aucun doute la composante des « haratines » sous l’ombre de laquelle reposera enfin la réconciliation d’un peuple en mal de justice, d’harmonie, de stabilité et, tout en proie aux terribles maux de la stratification et des castes d’une époque bien révolue.

Malgré un esclavage pernicieux et dont des restes et séquelles sont encore perceptibles, les membres de cette composante montrent tous les signes d’une sagesse et d’un sens prodigieux de retenue, qu’incontestablement beaucoup d’autres ont simplement perdue, en ce tournant décisif de l’histoire du pays.

N’ayant en toile de fond aucun sentiment d’appartenance prononcé qu’à celui du saint Islam et à la seule terre de Mauritanie qui leur est très chère, les « haratines » sont pourtant la synthèse éblouissante de l’arabité et de la négritude dans un pays charnière entre plusieurs pays, peuples et civilisations du continent.

Au titre de cette sagesse, dont seul – et sous un autre ciel – Martin Luther King avait adopté le profil au terme de son sublime, éblouissant et célèbre «I have a Dream» (J’ai fait un rêve) devenu le point d’orgue de la lutte pacifique du Mouvement pour les droits civiques des noirs en Amérique. Cette composante revendique sereinement, mais non sans un caractère prononcé, engagé et ferme, tous les droits, que lui confère une citoyenneté de premier ordre.
Or l’engagement de cette composante sur la voie du recouvrement de ses droits, de sa liberté et son émancipation, que personne ne peut plus entraver, n’a pourtant rien ôté à une sagesse cumulée au fil des siècles et amorcée aux premiers jours de la soumission de leurs ancêtres par la honteuse pratique de l’esclavage. Il faut dire que les résultats déjà enregistrés sur le chemin de réhabilitation de la dignité affichent un grand l’espoir de voir les mauritaniens réconciliés et résolument tournés vers l’avenir sur un même pied d’égalité.

C’est l’occasion de saluer avec une grande estime le rôle joué par tous ceux qui ont, depuis l’indépendance, milité avec un engagement ferme et une volonté inébranlable pour dénoncer l’odieuse soumission des hommes à la volonté d’autres hommes, et qui se sont investis pour conscientiser les esprits sur le bien fondé de la lutte contre cette ignominie. Ces hommes et femmes pour la plus part anonymes compte parmi eux de grandes figures de proue, symboliques et dont les noms seront retenue par la mémoire collective et par l’histoire. Ce sont elles, ses figures emblématiques qui ont laissé, par leurs nobles actions, leurs positions fermes et leur haute lutte, un cachet indélébile sur :
– les premières, chartes et constitutions de la République naissance, qui ont déclaré que tous les mauritaniens sont égaux, en droits, comme en devoirs,

- l’abolition de l’esclavage par le régime civil du Président Moctar Ould Daddah,
– l’abolition confirmée de l’esclavage par le régime militaire de Mohamed Khouna O. Haïdallah,
– les déclarations, de tous les mouvements politiques mauritaniens (Kadihines, Nationalistes arabe et négro-africain, rejetant et lutant contre cette abjection,

- les revendications des associations et organisations de la société civile,
– les manifestes des mouvements anti-esclavagistes de El Hor, SOS esclavage,

- les pétitions des associations de lutte contre la ségrégation raciale et l’esclavagisme

- les actions des mouvements de lutte pour les droits de l’homme dont celles percutantes de l’Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA).

Le rêve de Martin Luther King – aux années noires de la ségrégation raciale aux USA sous tendu par l’activisme diabolique du Ku Klux Klan – est ici en Mauritanie celui légitime de tous les citoyens instruits nés aux indépendances et orientés vers l’avenir. Si l’évêque noir a vu dans un magnifique rêve un enfant noir assis sur une même table à coté d’un enfant blanc et conclu « Nous tenons ces vérités pour évidentes par elles-mêmes que tous les hommes sont créés égaux », c’est au lendemain, devant une foule immense venue écouter son discours au Lincoln Memorial de Washington D.C., le 28 août 1963, que l’archevêque noir lança son célèbre ‘’I Have a dream, annonçant le début d’un mouvement pacifique pour les droits civiques s’inspirant, en son exclusion totale de la violence, du maître à penser le Mahatma (grande âme) Gandhi, guide du mouvement pour l’indépendance de l’Inde et promoteur des droits bafoués de l’immense communauté des intouchables longtemps avilis et asservis.

Malgré l’état de fait révoltant que la société mauritanienne, à l’instar de toutes les sociétés restées primitives, reposait dans son organisation et fonctionnement sur un système hiérarchisé et en castes, avait pourtant à son compte d’avoir positivement exclu la séparation des groupes communautaires. Il faut pourtant ajouter que malgré cette hiérarchisation introvertie de la société, chaque caste se sentait bien au chaud dans son ensemble grâce à l’Islam – qui savait-elle qu’en toile de fond de sa lutte pour le recouvrer de ses droits – ne valorisait les hommes que par leur piété, leur droiture et leur labeur.

Or le rêve qui est permis voir fortement requis pour cette composante, doit fatalement devenir réalité. Martin Luther King a fait un sublime rêve qui, ayant déclenché un merveilleux et exaltant combat, s’est concrétisé par le rétablissement dans leurs droits légitimes la communauté afro américaine et au-delà indienne et latine. C’est dire qu’au bout de chaque grand rêve, il y a inévitablement une immense consécration. En inde le rêve du Mahatma Gandhi s’est transformé en une éblouissante réalité. Les intouchables d’hier sont en ce 21e siècle, au centre de la grandeur politique, scientifique et économique de l’inde émergente.

En Mauritanie, tous les citoyens doivent rêver de voir ce pays uni et prospère. Or ne serait-il sans doute pas mieux et judicieux pour se faire, d’allier le rêve de Martin Luther King et la non violence de Gandhi sous le sceau de notre Islam unificateur malgré les égocentrismes. Si le challenge d’un tel cocktail est réussi, la Mauritanie en gagnerait très certainement pour ses générations présente et future un avenir serein, prospère et équitable.

/El Wely Sidi Haiba

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge