L’organisation Etat islamique revendique l’attaque au Texas

des policiers locaux et des enquêteurs du FBILe groupe jihadiste État islamique a revendiqué sur sa radio l’attaque de dimanche au Texas. Menée par deux terroristes, l’attaque a ciblé un concours de caricatures du prophète Mahomet. Les autorités américaines tentent toujours de déterminer le profil des deux assaillants.

Sur sa radio « officielle », l’organisation de l’Etat islamique évoque « deux soldats du califat », pour revendiquer l’attaque menée par deux hommes armés à Garland, au Texas. Les deux hommes ont été tués après avoir fait feu sur un agent de sécurité, près d’une exposition présentant des caricatures de Mahommet organisé par l’American Freedom Defense Initiative, un groupe d’extrême-droite américain.

Les deux hommes ont été identifiés par les services américains. Il s’agit de Nadir Soofi et d’Elton Simpson, qui vivaient ensemble à Phoenix, en Arizona. Le FBI avait déjà repéré Elton Simpson dès 2006. Il était soupçonné de vouloir implanter une « cellule terroriste » en Arizona.

La stratégie de la « franchise » terroriste

Mais les deux hommes étaient-ils vraiment en lien avec l’organisation Etat islamique ? Ou ont-ils seulement profité de la « marque Daesh » ? L’enquête du FBI le dira très certainement. Mais une chose est sûre, la « marque Daesh », la « franchise organisation Etat islamique », donne plus de poids, plus de résonnances aux actes terroristes. Et cela, les groupes jihadistes, comme les loups solitaires, partout dans le monde, l’ont bien compris.

Ce fut le cas en février dernier, à Copenhague, quand Omar al-Hussein, un jeune Danois d’une vingtaine d’années, est passé à l’action. Lui aussi a attaqué un centre culturel, où se tenait un rassemblement sur la liberté d’expression et les caricatures du prophète Mahomet. Puis, il s’en est pris à une synagogue. Il était inconnu au bataillon, au Danemark, sinon comme un jeune délinquant jugé et condamné pour des faits de violences. Mais ce jour-là, 20 minutes avant de commettre l’irréparable, il avait prêté allégeance à l’organisation Etat islamique sur sa page Facebook.

Cette stratégie est profitable aux mouvances jihadistes, qui se retrouvent à la tête d’un réseau mondial de terroristes potentiels prêts à passer à l’action en leur nom. Mais il se pourrait également que les deux présumés terroristes qui ont frappé au Texas soient, effectivement, des « soldats du califat » jihadiste. Dans ce cas, la situation serait grave. Cela signifierait que l’organisation Etat islamique a bel et bien des ramifications sur le sol américain.

Source: RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge