Loupe du Jour :Après le Monstrueux sacrilège, la loi de la rue !

tidiane dia

Ils ont franchi la porte de l’interdit pour pénétrer dans un lieu aussi sacré et vénérable que la mosquée. De leurs mains pécheresses ils ont déchiqueté des exemplaires du Saint Coran pour les jeter dans les toilettes.

Ces inconnus aux allures de fantômes sataniques ont disparu en laissant derrière leur forfait une grande colère noire qui se propagea comme une trainée de poudre.

L’acte est très outrageant, choquant pour se transformer en soulèvement aveugle de la rue. Nouakchott était devenu méconnaissable avec des scènes de violence marquées par des jets de projectiles et des accrochages avec les forces de l’ordre qui usaient de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Une journée très agitée a régné au centre ville en ce lundi 3 mars 2014. Plongeant la capitale dans un désarroi accentué par le décès d’un jeune manifestant.

Pour calmer la situation et inviter à la retenue le ministre des affaires islamiques et celui de la communication ont tenu un point de presse pour faire passer le message officiel.

Les imans ont condamné l’opprobre, prêché la bonne parole consistant à demander la cessation de tout acte de violence qui ne constitue pas selon eux la réponse appropriée à une telle hérésie.

L’Etat a ouvert une enquête et a promis d’user de la puissance publique pour sévir contre ce présumé groupe de profanateurs.

Pendant que des questions restent en suspens. S’agit-il d’un acte isolé, d’un « commando » téléguidé par un réseau agissant dans l’ombre au nom d’une secte d’égarés qui veut inspirer des pratiques perverses ?

Il est clair qu’avec une tette montée d’actes impies touchant les points sensibles de la religion une réflexion doit être engagée tant sur le plan religieux, moral, social, que politique.

Mais il s’agit d’abord de bien faire la part des choses entre la responsabilité individuelle, collective et publique. Quand une personne ou un groupe profane la religion islamique cela choque la conscience collective des musulmans.

Il est du devoir de chacun de s’indigner et de sévir contre cette perfidie tout en sachant que la religion proscrit en même temps tout usage de la violence qui pourrait engendrer des conséquences fatales préjudiciables à la société.

L’Etat est certes garant de la défense et de la protection de la région. Mais il doit aussi jouer son rôle dans sécurisation de la vie des citoyens et de leurs biens.

Mais quand les défaillances se multiplient au sein de l’appareil judiciaire, la porte est ouverte à toutes sortes de libertés et de débordements.

Il faut dire que l’Etat s’est illustré ces derniers temps par sa passivité dans la gestion de certains cas se rapportant à ces genres de situations, créant de plus en plus l’exaspération dans les esprits.

Des procès ne voient jamais le jour pour rendre justice rien que la justice. Dans ces conditions la rue croit pouvoir se faire justice en se dirigeant à chaque occasion à la Présidence. Des marches qui se terminent toujours dans la répression la plus féroce ! Est-ce la solution ?

Cheikh Tidiane Dia

Source : Le Rénovateur Quotidien

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge