Loupe du Jour : Les armes de la COD vont-elles de nouveau parler ?

tidiane diaLe scénario « Aziz seul contre tous » n’est pas pour le moment envisageable.Les dernières élections législatives et municipales auxquelles une partie de la COD n’a pas pris part ont apporté de grandes quantités d’eau dans le moulin politique du prochain candidat à sa propre succession.

Mohamed Ould Abdel Aziz s’est appuyé sur une majorité confortable pour « crédibiliser » les scrutins derniers dont la tenue a été globalement acceptée par les parties prenantes. Malgré les nombreux cafouillages d’une Ceni incompétente sur toute la ligne , l’opinion a fini par accepter amèrement le verdict des urnes.

Les élus ont pris service et les contestations se sont diluées dans la morosité ambiante. Depuis, rien ne bouge. La scène politique a renoué avec sa passivité que ni les quelques agitations des acteurs politiques ni les mouvements de soutiens à la présidence mauritanienne de l’UA n’ont pu faire ranimer.

Dans ce contexte de vacuité politique affligeante, la COD tente de jouer sa partition. Les grandes pointures de cette coalition affûtent leurs armes pour aller en guerre contre le grand favori de la course présidentielle de 2014. Si pour le moment rien n’est encore gagné, un grand travail attend les adversaires de Mohamed Ould Abdel Aziz.

A moins de six mois de la présidentielle la bataille pour le fauteuil du palais brun nécessite de la part des « Présidentiables» la mobilisation intense des troupes, les financements de la campagne, et la mise sur pied des stratégies de communication pour aller à la conquête de la magistrature suprême.

Au vue de la configuration actuelle, il est difficile de dégager les rapports de force en termes de poids électoral potentiel entre toute la COD réunie et la majorité présidentielle objective. A ce niveau il faut s’attendre à des volte-face dictées par des déceptions nées des derniers scrutins.

L’opposition traditionnelle mesure déjà le risque d’aller aux élections en ordre dispersé sachant que les garanties qu’elle réclame ne sont pas automatiquement données par un Président qui veut rempiler. La question est de savoir comment trouver un leadership de taille qui puisse faire l’unanimité et dont la personnalité est forte pour tenir tête au président sortant.

Une telle hypothèse est actuellement sur le plateau des concertations des grandes formations hostiles à la candidature du Président Aziz. Ahmed Daddah n’a pas lâché prise. Le vieux dinosaure ambitionne diriger la Mauritanie. Son expérience politique mais aussi ses déceptions passées constituent autant de motifs de refaire un dernier challenge.

Mais c’est sans compter aussi avec les calculs des Islamistes qui forts de leurs résultats aux législatives entendent se lancer à l’assaut du palais présidentiel. Il y a de l’autre côte des candidatures indépendantes qui pourraient bien créer des surprises.

La COD ne semble pas laisser le terrain vide pour son principal rival après avoir commis l’erreur fatale de ne pas aller aux législatives et municipales passées. Les enjeux de la présidentielle sont énormes pour tous les acteurs politiques qui savent que la présidence ne se conquiert pas à coups de baguettes magiques !

Cheikh Tidiane Dia

Source : Le Rénovateur Quotidien

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge