Loupe du Jour :Tant que l’injustice et l’impunité régneront …

La Mauritanie pays à 100% musulmans. Mais où la raison du plus fort écrase les plus faibles. Un pays où des crimes les plus odieux ont été commis et continuent de l’être après des années d’autres crimes politiques, d’autres règlements de comptes communautaires, des exécutions extrajudiciaires.

dia lerenovateurDes déportations. Des exils forcés. Des viols. Les injustices en Mauritanie sont avant tout l’œuvre d’un système, de tous les systèmes qui se sont succédé et qui ont gardé les mêmes hommes, ceux –là mêmes qui ont assisté à toutes les tragédies que ce pays a connues, qui en sont trempé jusqu’aux coudes.

L’injustice en Mauritanie commence par le sommet. Quand le mauvais exemple vient d’en haut, le peuple trinque. Malheureusement ici, en Mauritanie le chef a toujours raison. Nos dirigeants ne nous inspirent point confiance.

Ils s’arrogent, eux, leurs familles, leurs clans, leurs courtisans, le droit de disposer comme ils veulent du peuple. Pour un oui ou pour un non. Ce sont des séries d’humiliations en termes d’expropriations des terres habitables, cultivables et autres endroits dépossédés des pauvres depuis Taya jusqu’à Aziz.

Des terres de la vallée ont été arrachées de leurs propriétaires authentiques et qui sont exploitées par de nouveaux maîtres qui se cachent derrière des prête-noms. Des espaces vitaux ont été transformés en fausses zones industrielles cédées aux proches du boss. Cette règle est connue en Mauritanie. Elle continue son œuvre. L’injustice c’est quand la majorité croupit dans la misère et une poignée de prédateurs pillent les deniers publics. Dans le silence total.

C’est quand on fait semblant de lutter contre la gabegie en la pratiquant soi-même. C’est quand un homme s’impose par la puissance du feu et qui manipule les institutions pour gagner les élections. C’est quand le fils tire sur une fille et qu’on éteint l’affaire dans des conditions douteuses. L’injustice c’est quand les compétences sont banalisées et la médiocrité promue. Nous vivons partout cette injustice.

Aucune frange de ce pays n’est à l’abri de ce phénomène. Devant le juge, le faible tremble car il n’a pas confiance en la justice de son pays. Surtout quand ce sont ceux qui sont censés respecter les lois qui les bafouent, les piétinent comme des vulgaires crabes. Cette situation ne fait que s’aggraver dans un pays qui se vante d’être un état de droit et qui agit outre.

Combien sont-ils à vivre cette injustice au quotidien. De l’agent de police qui vous insulte, au rejeton d’un haut gradé qui écrase au volant un enfant des bidonvilles jouant près de sa baraque familiale en passant par le petit boy qui se retrouve en prison, victime d’un mensonge de son patron à qui on donne raison.

L’injustice est actuellement vécue de façon nue par les habitants des quartiers peuplés de noirs, qui sont visés par les rafles, regroupés comme des clandestins en attente d’être expulsés vers une destination inconnue. Chaque soir ce sont les mêmes scènes honteuses au nom de la lutte contre l’insécurité. Les bandits eux, exultent au nez et à la barbe de ces hommes de « sécurité ». Le long chapelet des injustices continuera d’être égrené dans un pays qui finira un jour par exploser comme une bombe à retardement. Ce sera bien trop tard…

Cheikh Tidiane Dia

 

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind