Loupe du ‘Le Rénovateur': Les élections 2013 n’ont pas dérogé à la règle

CHEIKH TIDIANE DIA- RENOVATEURRien n’aura finalement dérogé à la tradition pour les élections de 2013 dont les résultats définitifs sont en attente de confirmation et de validation par les autorités en charge de leur organisation.

Pouvait-il en être autrement pour des mauritaniens qui restent attachés aux vieilles pratiques qui assimilent le vote à la tribu, à la région, à la communauté, à la famille nucléaire etc.

Partout les électeurs ont répondu aux consignes sans prendre du recul par rapport à tout ce qui ne sert pas la démocratie et le progrès des consciences. Les prémices de cette réédition de l’histoire nous ont été livrées durant toute la campagne avec les mêmes discours qui consacrent la prééminence des intérêts personnels sur les intérêts collectifs.

C’est pourquoi les programmes n’avaient plus de valeur face à la force tribalo-ethnique qui ferme la voix à tout libre choix. Les résultats ont confirmé cette règle qui a encore de beaux jours devant elle.

Dans les bureaux de vote, on a l’impression que tout le monde est venu avec des consignes claires de voter pour les siens pour l’honneur de la tribu. Ce qui sans doute a contribué fortement la dispersion des voix. Le parti de la majorité présidentielle a dans une large mesure opéré des choix fondés sur la représentativité tribale présumée des candidats.

Cela a profité dans bien des cas à lui donner des points dans certaines circonscriptions électorales où la bataille s’avérait rude et à en perdre par l’effet inverse .

A la différence de Tawassoul qui a plutôt fait la différence par sa ligne idéologique fédératrice avec à la clé un discours prônant des valeurs « moralisantes ». cette stratégie renforcée par le pouvoir de l’argent a permis de mener une véritable offensive de communication. Sans minimiser le poids de la tribu dans les votes de Tawassoul, il faut reconnaître que depuis plus d’une année ce Parti se préparait à gagner le maximum de sièges à l’assemblée nationale et dans les conseils municipaux.

Les autres partis comme APP, l’UDP, l’AJD/ Mr n’ont pas fait plus qu’ils n’espéraient à cause d’une part, de la prolifération de candidatures de faible portée alignées elles aussi sur des trajectoires tribales et d’autre part par des mécontentements liés aux choix ayant consacré les investitures.

Les sanctions ont commencé à tomber et toutes les formations ont payé le prix de leurs erreurs. Le Parti de Messaoud Ould boulkheir qu’on donnait très favoris par le boycott du RFD et de l’UFP n’a pas prouvé qu’il a les moyens de récupération nécessaires.

Tawassoul semble être le point de convergence de l’électorat des « boycottistes ». Un autre dinosaure politique a pu tirer les marrons du feu pour s’imposer comme désormais la troisième force politique en attendant de confirmer les tendances. Il s’agit du parti El Wiam de Bodiel Ould Houmeid qui a tenu en difficulté l’UPR dans la capitale du Trarza.

C’est donc un test réussi pour Boidiel qui s’est investi pour le contrôle politique de sa région. Au-delà des résultats et des intérêts politiques propres à chaque parti, la démocratie est la plus grande perdante en termes d’amélioration de son image de marque toujours soumise à des considérations anachroniques.

Aucun changement nouveau par rapport aux précédents scrutins où l’argent, les pressions tribales et administratives restent les maîtres du jeu démocratique. Il y a, on le voit , un travail énorme à faire dans ce sens pour faire avancer le processus et promouvoir un vote citoyen responsable par lequel les élus seront des dignes représentants du peuple. Nous sommes encore loin de cet idéal !

Cheikh Tidiane Dia

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge