Loupe du Rénovateur: Nomadisme politique et clochardisation de l’élite

Cheikh Tidiane Dia - rimweb.net

En politique dit-on, tous les jeux sont possibles. Tous les calculs aussi. Mais cela ne sert que des intérêts individuels  du reste très limités, à la limite de l’opportunisme au rang de l’ingratitude  et de la mesquinerie. L’histoire politique de notre pays  nous a enseignée que nos hommes entretiennent des rapports très superficiels avec les convictions et les principes.

C’est à ce prix que les adhésions sont  subordonnées  à  des intérêts immédiats à tirer d’un militantisme de façade donc frileux et éphémère. Plus les mentalités politiques évoluent en Mauritanie, mieux se développent  les propensions à la quête d’un moyen rapide permettant  d’accéder  à une promotion par ce  jeu politique qui n’en est  pas un en termes d’utilité général  et de durabilité.

Ces chasseurs de primes ne se lassent pas de faire des aller –retour au gré des changements, expérimentant tous les systèmes avec les mêmes méthodes, les mêmes hypocrisies. Tant que le manège pourrait  fonctionner, les manœuvres se poursuivent. Cette longue tradition de banalisation de la chose politique a porté un préjudice sérieux à l’assainissement de la scène politique  livrée à toutes sortes de  commerces perfides.

L’existence d’un parti avec ses structures, son  programme, sa vision ne se réalisera jamais avec des bases hétéroclites ignorant superbement ce qu’est la discipline d’un parti, ses idées, ses ambitions, ses projets d’avenir,  etc. Cet état de fait  caractérise toutes les formations politiques anciennes ou nouvelles, crédibles ou cartables.

Ainsi disparaissent certains partis qui avaient recruté au fil des circonstances et des opportunités un bétail électoral qui n’a plus rien vu  venir  après une élection.  Floué par un gavage discursif et des flots de promesses.  Les discours et autres bourrages de crânes ne tiennent que le temps d’une courte vie politique. S’en suit  un  vide laissé par la dislocation de ces partis de masses  populaires dont les bases se dispersent à la moindre distribution de vivres et de lotissements par un homme fort du pays.

A leur tour les élites  censées maintenir le cap et canaliser les énergies et forces politiques retournent les vestes et filent comme des balles perdues vers le Parti de la Majorité avec ou sans assurance de trouver la place recherchée. Le nomadisme politique se fait dans un sens unique : de l’opposition vers la majorité. Les quelques rares exceptions ne sont que des jeux de simulations giratoires qui préparent le grand bal vers le camp présidentiel.

A entendre ceux qui hier se livraient à des tirs croisés en direction de l’homme de la situation, on et saisi de vertiges quand on les écoute aujourd ‘hui  encenser l’ancien putschiste et ses programmes. Par les temps qui courent il faut attendre longtemps dans l’antichambre  son tour dans  une longue queue pour espérer obtenir auprès du boss les faveurs désirées. Les audiences à la présidence se négocient dur pour franchir la  porte du salon  officiel.

Les courbettes et autres gestes carnavalesques esquissés entre quatre murs du palais se terminent par des déclarations d’adhésions de la part de ceux qui hier avaient juré de mourir dans la dignité sans pousser le moindre cri de désespoir ….

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge