Lutte contre la corruption : L’Ong Espace Culturel et la GIZ mènent une campagne tout azimut

corruption1

L’Ong Espace culturel en partenariat avec la GIZ (Coopération technique allemande) et certaines communes de Nouakchott mène une campagne de sensibilisation depuis mi-septembre pour combattre la corruption sur toutes ses formes. « Je dis non à la corruption » est le thème choisi par les organisateurs. Les populations des communes d’Arafat, d’El Mina, de Toujounine et de Riyadh constituent les cibles de cette campagne qui consiste à conscientiser les citoyens sur ce fléau de la corruption qui gangrène nos sociétés africaines et mine le développement du continent.

corruption2

Après Arafat, El Mina, c’est au tour de la commune de Toujounine d’accueillir ce 22 septembre la campagne de sensibilisation sur les méfaits de la corruption. Le maire de la commune, M. Sidi Mohamed Khaida, a ouvert la cérémonie devant ses populations venues nombreuses à cette occasion. D’abord il s’est réjoui d’accueillir la caravane de sensibilisation avant de souligner que sa commune a sensibilisé tous les employés et les populations pour participer à cette campagne «pour être conscientisés sur ce fléau qui est un obstacle au développement ». «Nous devons être sensibilisés par rapport à ce fléau. Notre commune est prête à lutter contre ce fléau qui constitue un frein au développement économique voire social du pays » a-t-il soutenu. «Je lance un appel à mes collègues maires de Nouakchott d’être réceptifs au message de sensibilisation contre la corruption sur toutes ses formes et d’inciter les populations à aller dans ce sens» a-t-il dit. Il a toutefois remercié la coopération allemande GIZ «qui a accepté de lancer cette campagne au profit de nos jeunes et de nous-mêmes en tant qu’autorités communales».

corruption3

Pour sa part, Mr Camara, président de l’Espace Culturel, il a indiqué que l’organisation de cette campagne de sensibilisation entre en droite ligne avec le programme de la GIZ pour « améliorer les connaissances des citoyens dans la gestion des biens publics ». Et par conséquent, « chaque mauritanien doit lutter contre la corruption qui est un facteur de sous développement ». Le choix des communes n’est pas fortuit. « Les communes sont la base de toute forme de corruption » a-t-il dit.

corruption5

A en croire les organisateurs de cette campagne, « les parlementaires et les autres services étatiques seront approchés afin de les impliquer dans cette campagne de sensibilisation car, constituant les socles sur lesquels doivent partir cette lutte contre la corruption.

De son côté, le rappeur Sony Marémou, artiste qui accompagne l’Ong Espace Culturel, a indiqué que «ce phénomène est à combattre. Je véhiculerai toujours un message de sensibilisation auprès des populations sur ce fléau qui gangrène nos sociétés africaines » a-t-il promis. « Je conseille surtout d’ouvrir les écoles, inclure dans le programme la sensibilisation sur la corruption et instruire les citoyens pour une prise de conscience généralisée ».

corruption4

El Hadj Dine, chargé de communication de l’Espace Culturel, a indiqué que « nous devons tous combattre la corruption pour envisager le développement » appelant les populations de Toujounine à faire preuve de conscience. Il a toutefois expliqué le sens de cette campagne qui consiste à donner plus d’éclairage aux citoyens sur les méfaits de ce fléau.

Corruption6

Des sketchs ont été organisés pour mieux expliquer et faire comprendre les populations ce que c’est la corruption. Mieux, les organisateurs ont organisé une sensibilisation sur la base de questions-réponses du public par rapport à la lutte contre la corruption. Ils ont montré comment éviter la corruption car, « tout ne se fait pas avec l’argent » disent les jeunes pour éviter l’achat de conscience.

Badiana

corruption7

corruption9

corruption8

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge