Lutter contre le terrorisme en traquant son financement

Un site pétrolier de fortuneRFI:Pour éradiquer le terrorisme,asséchons son financement ! C’est la nouvelle priorité des gouvernants occidentaux. Le sujet est au cœur de la réunion du groupe d’action financière internationale de l’OCDE qui se retrouve en ce moment à Paris.

En ouvrant cette réunion, Michel Sapin, le ministre de l’Economie insiste une fois encore sur la portée de ce combat pour la France. Il s’est déjà exprimé sur le sujet dans le cadre du G20 comme dans les instances européennes. En janvier, à Davos, le président François Hollande a interpellé les financiers du monde entier sur cette question. Les Etats-Unis ont été les premiers à s’intéresser de près à la dimension financière de la lutte anti-terroriste. Le profil du nouveau numéro deux de la CIA, nommé il y a un mois, témoigne de l’importance accordée à cette question. David Cohen n’a rien à voir avec le milieu du renseignement, mais c’est l’un des meilleurs spécialistes de la traque des circuits de financement illégal.

La mobilisation des Etats est générale et va au-delà des pays occidentaux

Cet automne le groupe d’action financière a fait des recommandations concrètes enjoignant les gouvernants à renforcer les sanctions et la surveillance, et demandant aux établissements financiers un suivi rigoureux des flux et des clients. L’Algérie et le Pakistan sont en train de se doter des lois ad hoc pour cette forme de délinquance. Un peu partout les superviseurs sont à cran et réagissent au moindre mouvement suspect. La semaine dernière la Banque centrale du Bangladesh a alerté les banques locales susceptibles d’être instrumentalisées par des groupes terroristes. Il y a quelques jours les Etats-Unis ont suspendu tous les transferts d’argent liquide vers la Somalie, faute de pouvoir identifier les destinataires des 200 millions dollars envoyés chaque année par la diaspora.

Traquer l’argent des terroristes, est-ce que ça marche?

C’est un chantier colossal et en perpétuelle évolution. On voit bien avec l’exemple de l’argent de la diaspora somalienne qu’on cherche une aiguille dans une botte de foin. Les sommes concernées sont parfois insignifiantes. Dans le cas des attentats parisiens du 7 janvier, le coût total ne dépasse pas quelques dizaines de milliers d’euros. Amedy Coulibaly, l’auteur de la tuerie de l’Hyper cacher a même fait des prêts à la consommation pour acheter des armes et des véhicules. Renforcer la pression sur les banques peut avoir des effets contre-productifs. Cela fait surtout disparaitre les clients suspects, mais pas leur argent qui emprunte d’autres cheminements très difficiles à tracer tant la planète financière s’est complexifiée, des canaux archaïques utilisés en marge du système bancaire aux moyens de paiement virtuels.

Autre écueil : le trésor de guerre constitué par l’organisation Etat islamique. Le groupe EI est auto suffisant, avec le trafic de pétrole, avec l’impôt levé dans les régions qu’il contrôle, il déclare un budget annuel de 2 milliards de dollars. Les généreux donateurs du Golfe pointés du doigt en Occident ne jouent plus un rôle de premier plan dans le financement du terrorisme. Enfin, l’autre source de financement, ce sont les rançons versées aux preneurs d’otage. Si les Etats-Unis refusent catégoriquement de payer, c’est même illégal, la France fait au contraire partie des Etats qui alimentent cette caisse. Une question très politique et délicate en ce moment avec l’enlèvement annoncé hier d’une jeune Française au Yémen.


En bref…

Petrobras, la compagnie pétrolière brésilienne empêtrée dans des affaires de corruption a été rétrogradée en catégorie spéculative par l’agence Moody’s.

Cela veut dire que les analystes se demandent si l’entreprise est encore capable de rembourser ses dettes. Par ailleurs, l’ancien président Lula dont le parti des travailleurs a largement profité des détournements organisés par les corrompus a défendu l’entreprise publique : « on doit punir les coupables, mais pas jeter Petrobras à la poubelle », a-t-il déclaré en s’adressant aux salariés du groupe.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge