Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya/Mohamed Abdel Aziz : Esquisse comparative

MaaouiyaLequel entre Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya etMohamed Abdel Aziz a le plus marqué laMauritanie en terme de nuisance ou de bienfaits ? Lequel est aujourd’hui meilleur ? C’est à cet exercice périlleux que s’est livré notre imminent confrère Babah Sidi Abdallah.
Dans cette jungle mauritanienne qui semble avoir transposé son combat vers l’extérieur, notamment au cœur de l’Europe, où des armées d’opposants s’affrontent à des groupes d’expéditionnaires tout droit venus de Nouakchott, Baba Sidi Abdallah qui se dit étranger à toute cette faune où des plumes prestigieuses sont appelées à la rescousse, déclare pour sa part n’appartenir à aucune de ces deux chapelles.
Selon lui, c’est tout juste si les partisans de l’actuel pouvoir ne nous prennent pas pour des débiles en jetant le discrédit sur Taya et sur Ely ainsi que sur tout ce que leur régime représentait, comme si Mohamed Abdel Aziz et une bonne partie de ces soutiens étaient en totale hibernation pendant toutes ces périodes.
Ils veulent faire croire, selon lui que Taya et Ely ont mené la guerre de la terre brûlée en Mauritanie pendant plus d’une vingtaine d’années et que Mohamed Abdel Aziz pendant cette même période était prosterné devant la tombe du Prophète (PSL) à Médine ou qu’il prêchait la parole d’Allah sur les sentiers battus.
Les « tenants de l’agenda politique et les plumitifs de l’intérieur » croient-ils réellement, ironise Babah Sidi Abdallah, que tous les officiers supérieurs, les officiers, sous-officiers et soldats de notre vaillante armée étaient plongés dans un profond sommeil pendant que Mohamed Abdel Aziz guerroyait tout seul les « Cavaliers du Changement » et le mouvement Al Qaïda à Tourine et à Ghallaouiya?
Selon lui, Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya a dirigé la Mauritanie pendant plus de vingt ans et personne n’avait ouï-dire qu’il avait négocié avec un investisseur sur ses devises, ni concurrencé les acteurs du secteur foncier, ni les propriétaires de station de carburant, ni les sociétés de BTP, ni les banquiers,, ni les assureurs, pour leur disputer leur gagne-pain.
Personne ne l’avait jamais non plus entendu insulter avec une si grande grossièreté ses adversaires politiques. Certes, Ould Taya n’était pas un Ange, mais il n’était pas non plus ce Satan que le régime actuel est sensé venu combattre pour nous protéger, soutient-il.
S’agissant d’Ely Ould Mohamed Vall, Babah Sidi Abdallah soutient que si l’homme de la transition est si gabegiste qu’on le prétend, qu’on juge d’abord le chef de l’Etat actuel. N’est-ce pas lui qui l’aurait réveillé en pleine nuit pour lui offrir le pouvoir, lors du coup d’Etat de 2005 contre Ould Taya ? N’est-ce pas là un cadeau offert par un propriétaire illégitime à quelqu’un qui ne le mérite pas ? s’interroge le confrère.
Et chaque fois, la pique est adressée à ceux qu’il nomme entre parenthèse, « les détenteurs de l’agenda politique et les plumitifs de l’intérieur. A ceux-là il reproche d’ailleurs leur contradiction, leurs manque d’objectivité, eux qui tantôt adulent le journal Le Monde, la FAO,
Transparency International et d’autres éminentes sources d’informations, toutefois qu’ils disent du bien du pouvoir. Mais qu’ils en disent du mal, les voilà qualifiés de comploteurs et d’agents de l’impérialisme. Il suffit juste qu’ils lèvent un coin du voile sur les relents corrupteurs du pouvoir en place, soutient Babah.
Pour Babah la capacité intuitive de Mohamed Abdel Aziz s’est beaucoup développée. Alors qu’il lui a fallu vingt ans pour découvrir le caractère corrupteur du régime de Taya, il ne lui a fallu que deux années pour découvrir la nature gabegiste de Ely Mohamed Vall et encore beaucoup moins pour découvrir celui de Sidi Ould Cheikh Abdallahi.
Dommage, dira Babah Sidi Abdallah qu’il ne puisse briser le record d’intuition pour découvrir à temps que son régime était encore plus corrompu. Mais, comme le dit l’adage, mieux vaut tard que jamais.

Source : L’Authentique

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge