Mali : En prison à Manantali : Amadou Haya Sanogo invite ses partisans à un sursaut d’orgueil…

Amadou Haya SanogoRapideInfo : Au moment où on assiste à des attaques répétées dans le Nord du Mali,  à des manifestations anti- MINUSMA à Kidal et à Gao,  à des inquiétudes de plus en plus grandissantes au sein des populations maliennes de Kayes en passant par Bamako jusqu’à Kidal  au vu de l’enlisement des pourparlers avec les groupes rebelles à Alger(Algérie),  à la tentative d’assassinat d’un Général de l’armée malienne dans la capitale, les mauvaise nouvelles continuent de s’enchainer pour le président de la république, Ibrahim Boubacar Keita et le peuple malien.

En effet depuis sa cellule de Manantali, l’ancien chef d’état éphémère qui a mis fin au régime démocratiquement élu d’Amadou Toumani Touré le 22 Mars 2012 invite ses partisans civils et militaires à un sursaut d’orgueil pour obtenir sa libération par tous les moyens.

Selon un de ses proches contacté  tous les arguments avancés pour le détenir en prison ne sont que de la poudre aux yeux.

« Tout ce qui compte pour nous c’est la libération pure et simple de notre héros sans condition.Rien ne pourra l’arriver tant que nous sommes là et nous disons une fois qu’il a été trahi par tous ceux qui l’avaient prié d libérer les anciens dignitaires d’ATT »
Cet appel n’est pas une surprise quand on sait qu’Amadou Haya Sanogo qui se prenait comme un libérateur (à noter il s’était même comparer au Général De Gaulle au plus fort du pouvoir de la junte) et qui pensait diriger le pays aussi longtemps que possible à l’image du Général Moussa Traoré, Mohamed Abdel Aziz de la Mauritanie, Denis Sassou Guesso ou bien Blaise Compaoré.

D’ailleurs les rumeurs les plus folles ne cessent de circuler sur un éventuel plan d’assassinat du président la république Ibrahim Boubacar Keita et de tous ceux qui l’ont dissuadé d’épargner la vie des anciens dignitaires du régime d’ATT car un scénario de coup d’état est trop risqué pour ses auteurs au risque de se faire arrêter et envoyer à la Cour pénale internationale par les forces de la MINUSMA.

Pour les partisans de Sanogo, si IBK est devenu président de la république c’est grâce en grande partie au soutien de l’Armée qui a pu rallier les partisans du Chérif de Nioro et certains leaders politiques.
En croire ce proche d’Amadou Haya Sanogo , leur héros est prêt à faire des révélations troublantes qui risquent de compromettre certaines grandes personnalités militaires et civiles du régime actuel et de ceux qui sont tapis dans l’ombre jusqu’à présent.

Mais hélas pour le capitaine bombardé général, les assassinats de 21 bérets rouges arrêtés et présentés à la télévision nationale et les évènements du 30 septembre 2013 qui ont entrainé la mort de ses anciens compagnons de lutte mettront fin définitivement à ses rêves de devenir président de la république même s’il avait justifié le putsch du 22 Mars 2012 par la crise du Nord du pays.

Pour certains observateurs politiques il n’est dans l’intérêt de personne aujourd’hui pour qu’Amadou Haya Sanogo recouvre actuellement la liberté sous peine de voir installer un nouveau chaos total entre ses partisans et ceux des Bérets rouges, d’Amadou Konaré, Colonel Youssouf Traoré ou des hommes politiques qui ont été blessés ou humiliés.
Plus grave la Cour pénale internationale fera tout pour l’avoir dans ses filets pour des crimes commis contre l’humanité comme ce fut le cas de Laurent Bagbo et Charles Blé Goudé. Pour d’autres observateurs avertis de la scène politique malienne, cet appel d’Amadou Haya Sanogo  à ses partisans civils et militaires pour sa libération a pour but de fragiliser davantage le régime actuel pour permettre à certains leaders politiques et d’associations ainsi que de la société civile qui avaient perdu leurs privilèges du temps de l’ex-junte et qui avaient cru que leur heure avait sonné le 22 mars 2012. Une belle occasion peut être pour ces personnes d’assouvir leurs intérêts personnels et sordides.

La preuve depuis l’arrestation de leur idole et l’élection d’IBK, plusieurs associations et clubs de soutien à Amadou Haya Sanogo ont tout simplement disparu dans la nature. Comme on le voit ce nouvel appel d’Amadou Haya Sanogo doit être pris au sérieux par les plus hautes autorités du pays pour éviter un autre chaos dans le pays qui se cherche depuis 2012. En tout cas ce qui vient de se passer  la semaine dernière suite à la tentative d’assassinat d’un Général de l’armée malienne est un signal fort lancé aux plus hautes autorités du pays.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge