Mali : la paralysie politique au Sud laisse le Nord sous la coupe des terroristes islamistes


Au nord du Mali, le Mujao, groupe islamiste qui contrôle la ville de Gao et sa région, a amputé, la main d’un voleur présumé de la ville d’Ansongo. Le gouvernement de Bamako s’offusque et annonce que ces pratiques rendent inévitable l’option militaire. Mais les autorités maliennes n’ont toujours pas saisi l’ONU pour obtenir son appui au déploiement d’une force militaire régionale.

Cela ressemble au jeu du chat et de la souris. Les Nations unies réclament depuis plus d’un mois une requête précise à la Cédéao et aux autorités maliennes pour appuyer le déploiement d’une force régionale ouest-africaine au Mali.

Pour justifier cette défaillance, la Cédéao se justifie en expliquant attendre de son côté la demande formelle de Bamako. Mais Bamako, qui n’a toujours pas réussi à constituer de gouvernement d’union nationale, ne répond pas. Et pour cause : les putschistes du 22 mars refusent qu’une force étrangère débarque sur leur sol. Jeudi, dans l’entourage du capitaine Sanogo, on réaffirmait que l’armée malienne n’accepterait qu’un appui en matériel et logistique.

Conférence à Bamako sur la force militaire

Chacun se renvoie donc la balle mais cela n’empêche pas la tenue de réunions des instances internationales et régionales pour constater qu’au nord du Mali la situation est grave.

Depuis jeudi, dans la capitale malienne, des représentants de la Cédéao, de l’Union africaine, de l’ONU et de l’Union européenne, participent à une conférence finale censée définir la partie stratégique de la future force militaire.

Les populations du nord du Mali, qui subissent les cruautés de la charia, doivent s’interroger sur ce qui s’apparente de plus en plus à un jeu de dupe.

Application sanglante de la charia

Le Mujao, groupe islamiste présent dans la région de Gao, a donc appliqué la charia mercredi 8 août au soir à Ansongo en procédant à l’amputation de la main droite d’un homme accusé d’avoir volé du bétail.

L’amputation infligée à un jeune homme à Ansongo a provoqué une commotion dans le pays

Mercredi matin, les jeunes d’Ansongo sont venus manifester leur dégoût, leur refus de voir un jeune de chez eux se faire couper la main. En vain, les jihadistes du Mujao ont tiré en l’air à l’arme automatique pour les effrayer. Dans un communiqué, le gouvernement malien a parlé d’un « acte ignoble » mais Bamako est impuissant et la population se sent abandonnée.

Source: RFI

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge