Mali: le Tchad annonce avoir tué le chef islamiste Mokhtar Belmokhtar

Mokhtar Belmokhtar, l’un des principaux chefs d’al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a été tué ce samedi 2 mars par des soldats tchadiens dans le massif des Ifoghas, dans le nord du Mali, a annoncé le général tchadien Zakaria Goubongué. L’annonce intervient après celle, vendredi, du président tchadien Idriss Déby qui a imputé à l’armée tchadienne la mort d’un autre chef d’Aqmi, Abou Zeid, ce qui n’a pas été confirmé par Bamako, Paris ou Alger.

« Les forces tchadiennes au Mali ont détruit totalement la principale base des jihadistes dans le massif de l’Adrar des Ifoghas, plus précisément dans la vallée d’Ametetai », samedi à 12H00 locales et GMT, affirme l’état-major tchadien, précisant que « plusieurs terroristes » ont été tués « dont le chef Mokhtar Belmokhtar dit ‘le borgne’ ».

L’annonce intervient après celle vendredi par le président tchadien Idriss Déby de la mort d’un des principaux chefs d’al-Qaïda au Maghreb islamique, Abou Zeid.

Ni la France, ni l’Algérie ou le Mali n’ont pour le moment confirmé la mort de Mokhtar Belmokhtar. Algérien, né dans les années soixante-dix, surnommé ‘le borgne’ après avoir perdu un oeil dans des combats, surnommé également ‘Marlboro’ tant il régnait sur les trafics illégaux et les prises d’otages d’Occidentaux dans le Sahara.

Passé par l’Afghanistan dans les années quatre-vingt-dix, spécialiste des engins explosifs, Mokhtar Belmokhtar a tout récemment pris ses distances avec Aqmi pour créer son propre groupe, « la brigade des signataires par le sang ». Groupe qui a revendiqué l’attaque en janvier contre le site gazier algérien d’In Amenas.

Source : RFI


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind