Mali: les mouvements du nord boycottent la signature des accords d’Alger

coordination_mov_azaw12Alakhbar: Les groupes rebelles du Nord Mali réunis sous la bannière « Coordination des Mouvements de l’Azawad-CMA«  vont boycotter la signature des accords d’Alger prévue demain. « Accord pour la réconciliation et la paix au Mali ».

Le porte-parole du MNLA, mouvement membre de la coordination, a justifié la décision. Interrogé lundi par Alakhbar Moussa Ag Attahir a déclaré que « la médiation algérienne n’a pas tenu en compte les amendements de la Coordination au texte actuel».

La coordination réclame « une reconnaissance de l’Azawad (nom du Nord Mali donné par les rebelles) comme entité géographique, politique et juridique » et la constitution d’une « assemblée interrégionale » regroupant les grandes villes du nord, selon Mohamed Mouloud Ramadan, chargé des relations extérieurs du Mouvement Arabe de l’Azawad, un autre groupe au sein de la Coordination.

Elle demande aussi le retour des réfugiés et un nouveau découpage administratif avant la tenue de toute élection

Elle veut qu’un quota des ressortissant de l’Azwad soit déterminé au sein des services de l’Etat et de ses représentations diplomatiques.

Côté sécurité, la coordination souhaite que les forces de défense et de sécurité au nord soient constituées à  » 80% de ressortissants de l’Azawad« . Et que ces derniers assurent le commandement.

Sur le plan développement, la coordination réclame 40% du budget de l’Etat comme fonds de développement de l’Azawad qui sera étalé sur 20 ans. 20% de la production minière et énergétique doit aussi revenir à cette partie du pays.

La coordination clament aussi 20% des revenus de la production minière et énergétique du pays.

Ces amendements et autres ont été « le résultat d’une concertation approfondie qui s’est tenu à Kidal de toutes les bases populaires de la coordination: chefs militaires, chefs de tribues, jeunes et femmes », a-t-il souligné Mohamed Mouloud Ramadan.

Moussa Ag Attahir a en revanche précisé que l’absence à la cérémonie de signature ne veut pas dire la mise à fin des négociations, selon. « La coordination a demandé à la médiation algérienne de continuer le processus », a-t-il dit.

Source: Alakhbar

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge