Mali : les pays prêts à s’engager dans la future force africaine d’intervention

Le gouvernement malien a officiellement demandé la semaine dernière le feu vert de l’ONU pour une intervention militaire internationale dans le but de reconquérir le nord du pays. Le vote d’une résolution au Conseil de sécurité devrait avoir lieu prochainement. En attendant, les pays ouest-africains réunis au sein de la Cédéao vont envoyer une mission dite de pré-déploiement, à Bamako. La préparation de la Micema, (nom de la future force à l’étude) devrait prendre plusieurs mois. Ses objectifs précis sont encore à définir mais on sait quels sont les pays qui sont prêts à s’engager.

A l’heure qu’il est, on parle de l’envoi de 3 000 hommes environ 3 300 au maximum. En majorité des militaires mais aussi des policiers. Parmi les plus gros contributeurs annoncés, figurent le Nigeria et le Togo. Le Togo qui pourrait aussi fournir un hôpital.

Le Niger, pays très proche de la zone d’opération, est prêt à intervenir également mais au départ de son territoire, autrement dit peut-être sans passer par la case Bamako. Le Niger dont les troupes seront comme celles des autres voisins de fait mobilisées le long de sa frontière avec le Mali pour éviter toute incursion de terroristes sur son territoire.

D’autres pays de la Cédéao tels que le Sénégal participeront mais dans une moindre mesure avec l’envoi d’hommes du génie ou de policiers. Le Cap-Vert lui n’enverrait que quelques médecins. La Côte d’Ivoire a un statut à part, car elle accueille elle-même une force internationale, l’Onuci et ne peut donc fournir des hommes à un pays tiers. Le Liberia, sous le même régime avec la Minul, avait dès les premières concertations décliné toute participation.

Hors Cédéao, d’autres Etats comme l’Afrique du Sud, mais surtout le Tchad ont fait part de leur disponibilité. Ndjamena qui se sait très courtisé entend d’ailleurs bien négocier son éventuelle participation, dit-on de source française.

La mobilisation des hommes n’est pas un problème, les promesses sont largement à la hauteur de nos besoins, résume un représentant de la Cédéao. Réorganiser l’armée malienne, et rétablir la chaîne de commandement, s’annonce beaucoup plus difficile, confie notre interlocuteur.

La solution à la crise dans le nord du Mali, occupé par des islamistes, ne peut être que «politique», a estimé dimanche lors d’une visite à Alger le général Carter Ham, haut commandant des forces armées américaines en Afrique (Africom), tout en évoquant l’éventualité d’un volet militaire à cette solution politique. Mais pour lui, il faut avant tout rétablir un gouvernement légitime à Bamako.

Général Carter Ham

Chef de l’Africom

Source: RFI


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind