Mali: Pourchassés dans le désert, les jihadistes parviennent à frapper en milieu urbain

bel_moctat_022Maliactu : En frappant au cœur de Bamako, le groupe jihadiste de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar menace de passer d’une tactique d’escarmouches dans le désert à une guérilla urbaine et se positionne pour rallier les futurs laissés-pour-compte d’un accord de paix au Mali, selon des spécialistes.

La mort vendredi d’un des auteurs présumés de l’attentat, dans l’assaut contre un immeuble d’habitation de la capitale où il séjournait depuis plusieurs semaines, selon les autorités, démontre la capacité des jihadistes à se fondre dans la population.

Les munitions retrouvées sur place correspondent non seulement à celles de l’attentat du 7 mars, mais aussi « au même type de balles que celles retrouvées dans les lieux où les terroristes se cachaient » dans un camp d’entraînement présumé, découvert quelques jours auparavant près de Bamako, a affirmé vendredi le ministre de la Communication Choguel Maïga.

Un expert mauritanien du jihadisme dans le Sahel, Isselmou Ould Salihi, voit dans l’attaque anti-occidentale qui a fait cinq morts, trois Maliens, un Belge et un Français, « le signe précurseur d’une guérilla urbaine que lancent les jihadistes ».

« Par cet attentat au coeur de Bamako, Al-Mourabitoune signe l’urbanisation de son action jihadiste après avoir été vaincu dans le désert », estime-t-il, en référence aux coups infligés par les forces internationales, en particulier françaises, aux partisans de Mokhtar Belmokhtar, comme à l’ensemble des groupes liés à Al-Qaïda, dans le nord du Mali.

« Belmokhtar a selon toute vraisemblance trouvé refuge en Libye, ne pouvant plus vivre au Mali où il serait en danger. La preuve: la fin tragique de son bras droit, Ahmed al-Tilemsi », remarque-t-il.

Dans sa revendication, Al-Mourabitoune (les Almoravides, du nom d’une dynastie berbère connue pour son rigorisme originel, qui domina une partie de la région aux XIème et XIIème siècles) précise avoir notamment voulu venger Tilemsi, tué par l’armée française en décembre dans le nord du Mali.

« S’ils ne sont pas arrêtés, ils seront encouragés et cela peut avoir des conséquences très graves pour l’avenir du tourisme et de la paix dans le Mali entier », poursuit Isselmou Ould Salihi.

Selon André Bourgeot, anthropologue au CNRS et spécialiste de l’espace saharo-sahélien, cette irruption dans la capitale « montre que les groupes armés jihadistes, en particulier Al-Mourabitoune, peuvent intervenir partout ».

A cette « situation inédite », observe-t-il s’ajoute « le problème des cellules dormantes qui sont présentes depuis quelques temps à Bamako », où affluent depuis 2012 les réfugiés des violences dans le nord du pays.

- Faire le jeu des jihadistes -

Depuis l’attentat, la pression internationale déjà forte sur la rébellion à dominante touareg pour signer un accord de paix paraphé le 1er mars par le gouvernement malien s’est intensifiée, dans le but déclaré de priver les jihadistes de tout soutien ou abri dans le Nord.

Mais le directeur de l’Institut des mondes africains (Imaf) Pierre Boilley prévient qu’une signature arrachée aux mouvements rebelles actuellement réunis dans leur bastion de Kidal (nord-est) pour en débattre, risque de provoquer des scissions, voire faire le jeu des salafistes jihadistes.

« Si l’accord est signé, les chefs des mouvements risquent d’être discrédités et cela pourrait aboutir à une rébellion sans dirigeants », explique ce spécialiste de la zone, évoquant le scénario d’un « MNLA bis », en référence au Mouvement national de libération de l’Azawad, dont la rébellion en 2012 a ouvert la voie à la conquête jihadiste du Nord.

Dans ce cas de figure, « toute une partie des gens plus radicaux vont s’éparpiller dans la nature », précise-t-il, « la jonction peut être faite avec les salafistes ».

La question est de savoir « qui va engranger les mécontents » d’un accord, résume André Bourgeot, considérant comme une « hypothèse possible » des ralliements à Al-Qaïda ou au groupe Etat islamique, qui vient d’accepter l’allégeance du groupe nigérian Boko Haram.

Un important homme d’affaires malien originaire du Nord et hostile à l’autonomie souligne que Bamako détient une partie des clés du problème.

(c) maliactu.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge