Mali : Rawlings approuve l’intervention française mais privilégie une solution politique


L’ex Président ghanéen, le Lieutenant d’aviation Jerry John Rawlings, déclare que l’intervention militaire de l’Armée française au Mali dans le but de prévenir les insurgés islamistes de s’emparer du reste du pays est une évolution très positive.

 

 

Dans une déclaration rendue publique le vendredi à Accra et dont une copie est parvenue à KOACI.COM, Rawlings a estimé que l’intervention de la France et de la CEDEAO dans la crise malienne est la bienvenue et elle est digne d’éloges.

L’ex dirigeant militaire du Ghana tout en se félicitant de l’option militaire étrangère prise pour libérer le nord Mali assiégé par les islamistes, il a cependant avoué que « quand bien même que la CEDEAO, la France et la communauté internationale continuent à mettre en commun leurs efforts pour résoudre le conflit malheureux au Mali, j’appelle les principales parties prenantes à réfléchir sérieusement à la recherche d’une solution politique durable à la question touarègue ».

En parlant des Touareg, Rawlings a fait savoir que pendant longtemps cette communauté a cherché à avoir une région autonome au Mali. En accédant à leur requête, Rawlings pense que cette démarche pourrait être une solution logique au problème en raison de la situation multi-ethnique et culturelle au Mali.

En se référant au passé, l’ex Président ghanéen rappelle que « la non-résolution de certaines différences ethniques et culturelles à travers notre continent a donné naissance à des cellules terroristes qui infiltrent des groupes… et les utilisent pour leurs intérêts égoïstes et paroissiales ».

Eu égard à ces réalités, il a ajouté que l’Afrique ne peut pas se permettre d’ignorer les questions ethniques en suspens car il est possible qu’elles se métamorphosent en une activité terroriste en raison de la situation vulnérable des sociétés locales.

Et par rapport à l’intervention militaire internationale actuelle en cours au Mali, Rawlings qui n’aime pas voiler ses vérités déclare que « laissez-nous mettre un terme aux conflits ethniques qui ne sont pas rares dans nos différents pays. Laissez-nous également trouver un fondement à l’ordonnance politique au Mali. Nous ne présumons pas que la force militaire va étouffer les revendications des Touaregs ».

Enfin rappelons que sous la bannière de la CEDEAO, le Ghana a annoncé en mi-janvier dernier l’envoie d’un contingent de 120 militaires au Mali. Cette information avait été confirmée par le Colonel Mabawine Atinde, le chargé des affaires publiques des Forces Armées Ghanéennes (GFA).

Koaci

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge