Mali : une conférence des donateurs pour remettre le pays sur de bons rails

Une partie de l’avenir du Mali se joue ce mercredi 15 mai à Bruxelles. 80 pays, dix chefs d’Etat, dont François DIOUCOUNDA TRAOREHollande et Dioncounda Traoré seront présents à la conférence des donateurs. « Ensemble pour le renouveau du Mali » C’est le titre de cette réunion internationale dont l’objectif est d’apporter des financements au pays.

Lors de ce sommet, les autorités de Bamako vont passer une sorte de grand oral et devront justifier que l’aide internationale est fondamentale pour une relance du pays. Le président par intérim, Dioncounda Traoré et le gouvernement vont présenter un plan de développement pour les deux prochaines années. Coût estimé : 3,9 milliards d’euros. La moitié prise en charge par le Mali, l’autre par les bailleurs de fonds. Les principaux étant la Banque mondiale et l’Union européenne qui doit contribuer à hauteur de 520 millions d’euros. La France, en première ligne dans cette crise, doit s’engager sur une enveloppe de 280 millions d’euros.

Deux milliards d’aide qui doivent servir à gérer l’urgence : reconstruire par exemple à Gao, Tombouctou et Kidal des réseaux d’eau et d’électricité efficaces. A moyen terme, Bamako veut injecter des fonds dans les structures d’éducation et de santé et tout faire pour relancer également l’administration dans le nord du pays.

« Redonner du souffle au Mali »

Mais la hantise des bailleurs, c’est que ces financements soient en partie détournés. Pour les rassurer, Bamako s’est donc engagé à faire voter rapidement une loi pour lutter contre la corruption.

Quant à l’élection présidentielle prévue en juillet et qui doit coûter 80 millions d’euros, elle est déjà financée, notamment par la France. Et si elle n’est pas un préalable au déblocage des deux milliards d’euros, elle sera néanmoins suivie attentivement par tous les partenaires.

« Nous voulons redonner du souffle au Mali », explique un diplomate à l’Elysée qui ajoute : « Pour la première fois dans ce type de crise, nous avons une approche globale, nous travaillons sur trois axes en simultané : la sécurité, la politique et désormais le développement ».

Source : RFI

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind