Mali: une délégation de la rébellion en Mauritanie pour expliquer l’accord de paix aux réfugiés

signature_accord_bamako_rebelles_gouv_0Une mission de dirigeants de la rébellion à dominante touareg du nord du Mali s’est rendue vendredi dans le camp de réfugiés de Mbera, enMauritanie, pour expliquer la décision de signer l’accord de paix avec le gouvernement le 20 juin, a annoncé à l’AFP un membre de la délégation.

Par ailleurs, plusieurs représentants de la rébellion en Europe ont récusé cette signature, affirmant que l’accord serait rejeté par leur base, lors d’une conférence de presse à Paris.

Nous nous rendons ce vendredi dans les camps en Mauritanie après une réunion avec la diaspora azawadienne à Nouakchott pour dire à nos ressortissants pourquoi nous signons cet accord qui est loin de répondre à leurs aspirations, a expliqué Attaye Ag Mohamed chargé des questions de droits de l’Homme au sein du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

La communauté internationale a reconnu la pertinence des amendements proposés par la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad, regroupant les principaux mouvements rebelles, dont le MNLA) dans le cadre de l’accord d’Alger, a-t-il dit, en référence à deux documents signés le 5 juin.

Parmi les avancées obtenues, il a cité la présence majoritaire dans les futures forces de sécurité dans le Nord des fils de l’Azawad, appellation donnée par la rébellion au nord du pays, ainsi que la tenue d’une conférence nationale qui traitera de la problématique politique du territoire.

La CMA réclamait des amendements pour ratifier l’accord de paix signé le 15 mai à Bamako par le camp gouvernemental et la médiation internationale.

Elle s’est engagée à le signer à son tour le 20 juin après avoir obtenu il y a une semaine à Alger certaines garanties écrites sur l’insertion prioritaire et majoritaire des combattants des mouvements politico-militaires notamment de la CMA au sein des forces de sécurité reconstituées qui seront déployées dans le Nord.

M. Ag Mohamed a appelé à l’unité les populations du Nord, dont plus de 50.000 membres se trouvent dans le camp de réfugiés de Mbera, dans le sud-est de laMauritanie, à environ 50 km de la frontière malienne.

Même si cela doit nous conduire vers l’échec, nous devons y aller ensemble, a-t-il estim

AFP

Lors de la conférence de presse à Paris, Eglès Ag Oufène, vice-président de la Coordination des Cadres de l’Azawad a reproché au chef du MNLA, Bilal Ag Achérif, d’avoir cédé aux pressions internationales, notamment de la France et du médiateur algérien.

L’accord ne répond pas aux préoccupations légitimes de la population, a assuréMoussa Ag Assarid, représentant diplomatique du MNLA en Europe, déplorant notamment l’absence de fédéralisme ou d’autonomie pour le Nord dans cet accord.

La signature de l’accord ne sera pas acceptée sur le terrain, a-t-il prédit.

Le nord du Mali est tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, après la déroute de l’armée face à la rébellion, d’abord alliée à ces groupes qui l’ont ensuite évincée.

Les jihadistes ont été dispersés et en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013, à l’initiative de la France, de l’opération Serval - relayée depuis août 2014 par Barkhane, dont le rayon d’action s’étend à l’ensemble sahélo-saharien.

Mais des zones entières de cette vaste région désertique échappent encore au contrôle des autorités maliennes comme des forces internationales déployées depuis près de deux ans.

 

Source: Essahra

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge