Mali/présidentielle: aucun trouble de l’ordre public ne sera toléré (président par intérim)

Dioncounda

Le président de la République malienne par intérim du Mali, Dioncounda Traoré, a affirmé samedi dans son adresse à la nation malienne qu’ aucun trouble de l’ ordre public ne sera toléré dans l’ organisation du scrutin présidentiel de ce dimanche, a-t-on appris de sources officielles.

La volonté inébranlable du peuple malien à rester debout ainsi que l’ élan massif de solidarité dont le Mali a bénéficié de la part de l’ Afrique et de l’ ensemble de la communauté internationale lui ont permis de reconquérir l’ intégrité territoriale du pays, selon une déclaration du président malien.

Cela a également permis d’ envisager le retour de la paix et de la stabilité en son sein, en particulier dans son septentrion éprouvé par de trop longs mois d’ occupation, indique la même déclaration Après la libération des régions du nord du Mali, selon le président malien par intérim, « maintenant, il s’ agit pour nous d’ amorcer notre retour à un ordre pleinement constitutionnel par l’ organisation d’ élections générales qui nous permettrons de sortir de cette période de transition » .

Celui-ci a expliqué : une Transition est incapable par nature de prendre en charge les vrais problèmes qui ont en réalité déterminé la crise dans laquelle le Mali s’ est trouvé si rapidement plongé.

C’ est pourquoi, dit-il, les autorités de la transition ont « fixé des délais certes contraignants mais des délais que nous pouvions tenir ».

Celui-ci a ajouté: « l’ élection présidentielle du 28 juillet est donc un évènement vital, un évènement historique ! Elle est la manifestation de notre volonté de refonder notre processus démocratique ».

S’ adressant aux futurs dirigeants du Mali, Dioncounda Traoré a fait savoir qu’ il s’ agira pour « le régime issu de cette élection, nous ne le dirons jamais assez, de travailler plus en profondeur, sur les voies et moyens de bâtir un Etat bien plus solide, bien plus sûr, bien plus prévisible et bien ‘mieux’ démocratique ».

C’ est pour cette raison que, affirme le chef de l’ Etat, « en notre nom, au nom du gouvernement, et au nom de la nation malienne, nous renouvelons nos félicitations sincères à tous les candidats. En effet, le premier magistrat du pays sera plus que stratégique pour cette refondation : il en sera à la fois l’ architecte et l’ ouvrier, à la fois le ciment et la truelle (..) ».

« Les défis qu’ elle (histoire actuelle du Mali) nous réserve, ils (candidats) les mesurent. Les responsabilités qu’ elles impliquent, ils se les sont d’ ores et déjà assignées, à en juger par la qualité du climat préélectoral qui a jusque-là prévalu », a déclaré M. Traoré.

Cette campagne-ci s’ est déroulée sans violence physique et sans trop de violence verbale, loin des arguments régionalistes et ethniques.

Selon le président malien Dioncounda Traoré, « Cela (bonne tenue de la campagne) est à leur (candidats) honneur. C’ est à l’ honneur du Mali »

« Nous devons tout faire pour préserver ce climat propice et approprié: Gouvernement, candidats, électeurs, afin de garantir la paix sociale à l’ issue d’ un processus électoral apaisé. C’ est une chance pour le Mali que ce soit l’ un de ces candidats que le choix transparent, et respecté des électeurs portera à la tête de notre pays ».

Selon le président Dioncounda Traoré, dans quelques jours, le « plus grand honneur » pour lui « sera de transmettre le témoin à ce président ou à cette présidente, en me tenant à ses côtés, comme chacune et chacun d’ entre vous (Maliens), pour servir le Mali, le grand Mali, le Mali qui doit être au-dessus de tout, de nous tous et de nous toutes ».

Source :Bamako

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge