Manifestations suite à la profanation du coran

 Manif-profonation du coran - Nktt

L’actualité mauritanienne est marquée depuis dimanche 2 mars par la profanation « de 4 exemplaires du Coran » par des inconnus dans les toilettes de la mosquée Khaled Ben Walid à Teyaret, zone périphérique de la capitale du pays des millions de poètes.

coran_profane

Depuis dimanche 2 mars, les Mauritaniens sont donc sous le choc avec ce que certains perçoivent comme « une répétition de profanation du livre saint »  beaucoup se posent des questions sur « les motifs d’un tel agissement« , alors que d’autres sont directement descendus avec ferveur vers la présidence, afin de contester un tel acte. Des manifestants qui n’ont pas su souvent contenir leur passion en attendant une enquête pouvant tirer au clair cette affaire. Ils ont convergé lundi vers la présidence pour dénoncer le fait que des individus aient « déchiré » un peu plutôt des exemplaires du Coran , une actualité immortalisée par la presse locale notamment comme en témoigne cette vidéo.

Une marche que les forces de l’ordre ont tenté de disperser. On compte des dizaines de blessés et un mort :  Ahmed Ould Hamoud, un étudiant de l’université de Nouakchott selon la presse comme le retrace le film de la manifestation rapporté par un confrère du Rénovateur. Plusieurs villes mauritaniennes dont Nouakchott ont été touchées par de telles manifestations marquées par des heurts entre les forces de l’ordre et les manifestants d’où l’enjeu sécuritaire. Des images de cette manifestation relayées par la presse locale nous font comprendre l’extrême tension qui régnait tout au long de cette journée de lundi où l’on entendait des échos de citerne ça et là comme quoi le climat était chaud dans le centre de la ville.

coran 2

coran5

coran7

coran8

Alors que des manifestants exprimaient ainsi leur refus de la profanation dans la rue en criant « Allahou Akbar », d’autres appelaient à la retenue  et à garder son sang-froid afin de comprendre ce qui s’est réellement passé à la mosquée Khaled Ben Walid.

En attendant que les esprits se calment, le porte-parole du gouvernement mauritanien Sidi Mohamed Ould Maham, a rappelé  lors d’une conférence de presse tenue ce 3 mars que la lumière sera apportée sur les circonstances de la mort de l’étudiant et « le reste ».

En attendant la suite de cette affaire suivie avec grand intérêt ici, des interrogations demeurent :  Quelle a été l’attitude de l’imam de la mosquée Khaled Ben Walid à Teyaret et d’autres personnes qui étaient à la mosquée face aux inconnus qui ont déchiré des exemplaires du Coran ? Dans quelle circonstance l’étudiant est -il mort? Si l’acte de profanation était prémédité pourquoi le choix de cette mosquée précisément? Le développement dans les jours à venir de cette actualité en dira peut-être davantage pour éclairer notre lanterne.

Awa Seydou

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge