Mauritanie: Campagne choc contre les aliments malsains, « kavi » !!!

kavi-logo(1)En Mauritanie, la plupart des cas d’intoxication alimentaire est due à un manque d’information sur les comportements et les aliments à risque.

Les statistiques montrent que le pourcentage des consommateurs qui ne lisent pas les étiquettes (mode de conservation des aliments, date de péremption) sont très nombreux…

Ce Dimanche 14 Décembre 2014 est lancée à Nouakchott et dans les régions une  campagne dénommée « Kavi » en vue de proteste contre les aliments malsains qui sont largement répandus dans notre pays.

Cette situation a généré une recrudescence des Maladies chroniques, dont notamment, les cancers, les maladies auto-immunes, etc.

L’approche curative dans la lutte contre ce fléau par l’investissement dans les infrastructures de soins malgré son importance, est coûteuse et d’apport réduit. Une approche préventive est plutôt de meilleure efficacité.

La campagne « Kavi » vise à sensibiliser l’opinion publique sur les dangers induits par la prolifération des aliments malsains et suggérer la solution préventive qui consiste; en la création d’un organisme autonome pour le contrôle de l’innocuité des aliments.

La campagne « Kavi » lance une pétition qui vise à prouver aux autorités que la création d’un tel organisme est désormais une exigence de l’opinion nationale. Pour justifier le choix d’un tel organisme comme solution adéquate, il est nécessaire de passer en revue l’état actuel du contrôle des aliments, en ressortir les insuffisances et déduire la suprématie de la solution de l’organisme unique.

L’état actuel du contrôle des aliments

En Mauritanie, le contrôle de l’innocuité des aliments est réparti entre cinq ministères, dans des directions qui ne sont pas chargées exclusivement du contrôle des aliments et ayant d’autres prérogatives qui l’emportent souvent sur la mission de contrôle des aliments.

La diversité des ministères et des directions en charge de la même mission conduit à des chevauchements des prérogatives.

Ces chevauchements entravent les procédures, induisant des insuffisances dans le contrôle (dans le temps et de manière adéquate), voire même l’absence du contrôle.

Cette situation est générée par diverses causes dont notamment, la confusion des prérogatives ainsi que la duplicité des tâches entre les différentes directions. En outre, il y’a lieu de citer les insuffisances suivantes: • Absence de structures de coordinations entre ces services pour la tâche commune de contrôle; • Absence et/ou insuffisance de laboratoires spécialisés dans le domaine à la disposition de ces directions; • Insuffisance de ressources humaines compétentes dans le domaine. Enfin et compte-tenu de ces insuffisances, le citoyen se retrouve exposé aux risques induits par les aliments malsains sans compter, les conséquences sur son budget et le budget de l’Etat.

Solution suggérée Devant cette situation, l’une des deux solutions suivantes s’impose:  soit garder la situation actuelle avec l’introduction d’améliorations substantielles;  soit créer un organisme autonome de contrôle de l’innocuité des aliments. Dans le premier cas, l’introduction d’amélioration du cadre juridique et des ressources matérielles et humaines engendre les inconvénients suivants:

1. La dispersion de cette tâche entre plusieurs intervenants détermine lanécessite d’avoir autant de laboratoires et de services d’inspections que de ministères impliqués, et par conséquent, une augmentation des besoins en ressources humaines et matérielles.

Un double emploi qui peut-être évité par la création d’un organisme unique.

2. aussi, pour subvenir aux besoins de coordinations entre toutes ces structures, il s’impose de créer un service chargé de la coordination au sein de toutes les directions concernées avec toutes les implications financières, logistiques et humaines.

Un gâchis de ressources pouvant être évité par l’existence d’un organisme unique. Ainsi, pour contrecarrer tous ces inconvénients déterminés par la dispersion de cette tâche entre plusieurs structures, la deuxième solution (création d’un organisme unique de contrôle de l’innocuité des aliments) est la plus adaptée.

L’état actuel du contrôle des aliments En Mauritanie, le contrôle de l’innocuité des aliments est réparti entre cinq ministères, dans des directions qui ne sont pas chargées exclusivement du contrôle des aliments et ayant d’autres prérogatives qui l’emportent souvent sur la mission de contrôle des aliments.

La diversité des ministères et des directions en charge de la même mission conduit à des chevauchements des prérogatives.

Ces chevauchements entravent les procédures, induisant des insuffisances dans le contrôle (dans le temps et de manière adéquate), voire même l’absence du contrôle. Cette situation est générée par diverses causes dont notamment, la confusion des prérogatives ainsi que la duplicité des tâches entre les différentes directions. En outre, il y’a lieu de citer les insuffisances suivantes: • Absence de structures de coordinations entre ces services pour la tâche commune de contrôle;

• Absence et/ou insuffisance de laboratoires spécialisés dans le domaine à la disposition de ces directions;

• Insuffisance de ressources humaines compétentes dans le domaine. Enfin et compte-tenu de ces insuffisances, le citoyen se retrouve exposé aux risques induits par les aliments malsains sans compter, les conséquences sur son budget et le budget de l’Etat. Solution suggérée Devant cette situation, l’une des deux solutions suivantes s’impose:  soit garder la situation actuelle avec l’introduction d’améliorations substantielles;  soit créer un organisme autonome de contrôle de l’innocuité des aliments. Dans le premier cas, l’introduction d’amélioration du cadre juridique et des ressources matérielles et humaines engendre les inconvénients suivants: 1. La dispersion de cette tâche entre plusieurs intervenants détermine la nécessite d’avoir autant de laboratoires et de services d’inspections que de ministères impliqués, et par conséquent, une augmentation des besoins en ressources humaines et matérielles.

Un double emploi qui peut-être évité par la création d’un organisme unique.  2. aussi, pour subvenir aux besoins de coordinations entre toutes ces structures, il s’impose de créer un service chargé de la coordination au sein de toutes les directions concernées avec toutes les implications financières, logistiques et humaines. Un gâchis de ressources pouvant être évité par l’existence d’un organisme unique. Ainsi, pour contrecarrer tous ces inconvénients déterminés par la dispersion de cette tâche entre plusieurs structures, la deuxième solution (création d’un organisme unique de contrôle de l’innocuité des aliments) est la plus adaptée. Avantages Une agence unique avec le statut d’un établissement public a pour avantage de : • Améliorer la santé publique; • Limiter les problèmes de chevauchement et de double emploi entre services,; • Améliorer la gestion des ressources disponibles;

• Construire une cohésion de l’harmonisation des procédures de contrôle; • Garantir l’indépendance de la gestion par rapport à l’évaluation des risques; • Assurer l’unité de l’action par une application uniforme etcoordonnée de la réglementation et des méthodes d’inspection;

• Engendrer un regain de confiance dans la production alimentaire locale: • acquérir un avantage concurrentiel, avec des répercussions positives sur l’économie nationale; Enfin cet organisme œuvrera par une action soutenue, à sortir notre pays du cercle des pays réputés décharges de ‘’déchets alimentaires’’. Le lien de la pétition électronique http://www.aredaonline.com/kavi Ibrahim Idriss

 

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge