Mauritanie : Justice et Critiques,

Leaders Politiques, Juristes et Autres ont beaucoup critiqués la décision de limogeage du Président de la Cour Suprême en Mauritanie. Ils estiment d’une part que la crise actuelle au sein du secteur de la justice vient d’ajouter une troisième institution démocratique à la liste des institutions illégales. Et d’autres part en faisant un retour sur les dernières années de l’histoire politique de la Mauritanie, on note de l’illégalité, quand le coup d’état a eu lieu contre le régime de Sidi Mohemed Ould Cheikh Abdallah, pour être par la suite justifié par une élection truquée en 2009. Ensuite, le pouvoir en place a adopté des institutions législatives ayant largement dépassé leur mandat depuis novembre 2011. A travers le limogeage illégal du Président de la Haute Instance Judiciaire, récemment les valeurs démocratiques en Mauritanie sont bafouée de façon arbitraire, en violation des dispositions de la loi sur l’organisation du système judiciaire, notamment dans ses articles 15 et 18, selon lesquels le mandat du président de cette Cour est de 5 ans et qu’il ne peut être limogé que dans les conditions édictées par la loi.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind