Mauritanie : La criminalisation des coups d’Etat, pour « immuniser » le pouvoir d’Aziz ou renforcer la démocratie

Le conseil des ministres mauritanien a adopté, hier jeudi, un projet de loi criminalisant les coups d’Etat dans le pays.


Et selon le communiqué publié à l’issue de ce conseil des ministres, le projet de loi qui sera soumis à l’approbation du parlement

mauritanien, sanctionne « les auteurs de coups d’Etat et autres actes visant à changer les pouvoirs de manière anticonstitutionnelle, considérés comme des atteintes à la sécurité de l’Etat ».

Et toujours selon ce communiqué, le projet de loi intervient « en application des résultats du dialogue national entre la Majorité présidentielle consolidée et des partis de l’opposition, particulièrement les dispositions de la loi constitutionnelle n°2012-015 du 20 Mars 2012 ».

La Mauritanie a connu, depuis son accession à l’indépendance, en 1960, une série de coups d’Etat dont le dernier en date est celui, mené par l’actuel président Mohamed Ould Abdel Aziz, le 6 août 2008, contre le président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi considéré comme le premier président non issu de l’institution militaire arrivant au pouvoir par la voie des urnes.

Ce projet de loi, adopté peu avant le second séjour du président Ould Abdel Aziz en France pour un second séjour de soins complémentaires. Chose qui a poussé certains observateurs à se demander s’il ne s’agit pas, tout simplement, d’une manière de renforcer les « murailles » de protection autour du son pouvoir, au moment même où l’opposition ne cesse d’appeler à son départ.

Source:Elhourriya

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind