Mauritanie : le Caméléon au Festival du Slam du Mali

Cameleon slamRimweb: Boukhary Bounass Moussa alias « Caméléon », est une des voix du slam mauritanien. Il revient de la capitale malienne où il a pris part au FISH Mali, une rencontre annuelle dédiée au slam. Dans cet entretien de rimweb, il nous fait découvrir les moments forts du FISH 2016.

Rimweb : Parlez nous de ce festival de slam tenu mars dernier à Bamako?

Ce festival dénommé FISH MALI (Festival International de Slam et Humour du Mali) était à sa 3e  édition. Cette rencontre a pour but de promouvoir l’art oratoire au Mali en encourageant les jeunes à se lancer vers cette facette de la poésie urbaine.

J’ai participé ce festival en tant que membre de jury, président de jury lors des demi finale du concours de slam national Massa slam poésie 2016, coach d’encadrement. Par ailleurs j’ai pris part à des spectacles de slam, visite dans les écoles pour des ateliers d’écriture, nuit dédiée pour la paix au Mali et partout dans le monde.

Mes impressions ont été pleines d’émotions et de partage. Une semaine d’échange avec des artistes slameurs et humoriste de la Côte d’ivoire, Mali, Togo ,Bénin, Burkina Faso, Congo Brazzaville, Tchad, Algérie, et de la Mauritanie. C’était l’Afrique et sa diversité culturelle.

Rimweb : Comment se porte le slam en général dans a sous région

Le slam se porte bien dans la sous région et gagne du terrain certes  petit à petit mais surement. Bien vrai que des efforts restent à faire car c’est est aussi un moyen de promouvoir l’écriture et la lecture.

Rimweb : Quelles sont les difficultés de ce secteur

Les difficultés de secteur se résument sur le temps pour les écrits de texte, les moyens logistiques, salle de spectacle, sonorisation, pour les ateliers d’écriture, l’organisation de spectacles, l’encadrement des jeunes, et surtout la diction et la répétition des textes. Ensuite il ya  le style dans les écrits, tout cela demande de l’inspiration propre .En Mauritanie bien vrai que nous sommes le pays de milliers de poètes, nous sommes aussi en retard en matière de structure culturelle et d’épanouissement des jeunes et d’encadrement.

Propos recueillis par Awa Seydou Traoré

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge