Mauritanie: Le tribunal arbitral se penche sur la plainte de BUMI

tribunalLa plainte déposée contre le gouvernement mauritanien par la compagnie minière Bumi Mauritania, filière de la société britannique Bumi Holding au sujet du retrait qualifié d’illégal d’un permis d’exploitation minière (permis n°1525 issu du permis de recherche n°274) pourrait connaitre son dénouement la saisine du Centre international de Résolution des Différends liés aux Investissements (CIRDI) à Washington qui se penche ces jours-ci sur cette affaire.

La Compangie BUMI avait saisi en septembre de l’année dernière le CIRDI pour, avait-elle préciser « préserver nos intérêts et ceux de nos actionnaires face à la décision délibérée de résiliation du permis ». La société étrangère avait également indiqué dans un communiqué publier à l’issue de la crise avec le régime de Nouakchott que la démarche avait été initiée « après plusieurs recours gracieux » auprès du ministre mauritanien du pétrole, de l’énergie et des mines, qui est resté sourd aux appels de règlement amiable du différend entre les deux parties.

En cas de condamnation outre la perte de crédibilité dont pourrait souffir un pays déjà en difficulté pour redorer son image, l’Etat mauritanien pourrait se voir obligé de restituer une grosse enveloppe pour l’investisseur plaignant.

Notons que dans la même période d’autres investisseurs ne respectant pas leurs engagements comme cela avait été le cas pour le quartz à Chami se sont VU accorder, sans aucune raison valable, la poursuite de leurs activités alors que les autorités leur avaient signifié une première fois, en conseil des ministres, le retrait de leur permis. La Mauritanie a plusieurs fois été épinglée par des rapports indépendants pour la précarité dans la sécurité des investissements étrangers dans le pays.

Source: Mauriweb

 

 

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge