Mauritanie: Les anti-esclavagistes détenus sont à l’isolement

biram_dah_abeid-couvEn janvier dernier, trois dirigeants du mouvement anti-esclavagiste mauritanien IRA (Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste) ont été condamnés à deux ans de prison pour avoir participé à une marche de plusieurs jours contre l’esclavage, dans la vallée du fleuve Sénégal où cette pratique est répandue.
Les principaux condamnés, Biram Dah Abeid, président de l’IRA, et Brahim Ramdhane, son vice-président, ont ensuite été transférés à Aleg (centre), à 250 km de leur domicile de Nouakchott, la capitale.
“Ce transfert est illégal”, explique à “La Libre Belgique” Mariem Cheikh Sombe Dieng, membre du bureau exécutif de l’IRA. “Ils doivent être détenus près de la ville où ils ont été jugés, Rosso, ou à Nouakchott. Leur procès en appel a pourtant été fixé à Aleg, ce qu’ils ont refusé. En attendant, ils sont détenus à l’isolement”, explique la militante.
Elle-même a été arrêtée peu après ses camarades, pour avoir manifesté en faveur de leur libération. Après quatre mois de préventive – “dans des conditions insalubres puisqu’on n’a pas accès aux soins malgré de nombreuses infections, et en subissant insultes, coups et menaces”– elle a été condamnée à un an de prison avec sursis pour avoir participé à une manifestation non autorisée et appartenir à une organisation non reconnue par l’Etat.
La demande de reconnaissance de l’IRA, qui a pignon sur rue à Nouakchott, n’a en effet jamais reçu de suite. Avec qui est-il en contact? “Lors des interrogatoires auxquels j’ai été soumise”, raconte Mariem Cheikh, “j’ai été questionnée surtout sur les contacts internationaux de Biram”.
Ce dernier a recueilli officiellement 9% des votes lors de la présidentielle de juin 2014, à laquelle il se présentait pour la première fois. “Il n’a pas beaucoup d’argent et représente des esclaves et anciens esclaves, qui sont pauvres. Alors le pouvoir se demande qui l’aide.” “En outre, Biram a recueilli les voix de 7000 des 25000 soldats de l’armée mauritanienne”, qui votent à part des civils.

2 à 4% de la population

Biram Dah Abeid, Prix des droits de l’homme 2013 de l’Onu, a en effet fait connaître à l’extérieur de la Mauritanie cette honteuse réalité de son pays: la perpétuation de l’esclavage par hérédité (2 à 4% de la population de 3,4 millions d’habitants) malgré… trois abolitions officielles. Officiellement criminalisé depuis 2007, l’esclavage est pratiqué sans entrave par les élites du pays, dans les régions rurales comme dans les quartiers chics de Nouakchott.
Et les descendants d’esclaves affranchis, reconnaissables à leur nom, se voient régulièrement refuser des papiers d’identité, ce qui leur bloque tout accès à l’école, à un emploi formel et au droit de vote. Diabétique, Biram Dah Abeid a vu sa santé se dégrader dans la très insalubre prison d’Aleg – sans fenêtres – bien que sa femme ait emménagé dans la ville pour lui fournir ses médicaments et une nourriture adaptée à son état.
Des manifestations de soutien y ont lieu régulièrement, chaque fois réprimées. Des protestations s’organisent aussi à Nouakchott, mais la police n’y intervient que de temps en temps, explique Mme Cheikh. “Ils croient qu’en arrêtant les têtes de l’IRA, tout va se calmer. Mais, bien que l’esclavage soit si ancien, chez nous, que beaucoup acceptent leur triste sort, de plus en plus de gens protestent” contre ce crime.

Source : La Libre Belgique

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge