Mauritanie: une radio sommée de s’expliquer après un message de Belmokhtar, ancien chef d’Alqaida


L’autorité mauritanienne de régulation des médias a sommé dimanche une radio privée de s’expliquer sur la diffusion d’un message de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, un ancien chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) appelant les Mauritaniens à intégrer sa nouvelle organisation.

La radio, Sahara Médias FM, récemment inaugurée dans le cadre de la libéralisation de l’audiovisuel dans le pays, avait diffusé le 5 décembre le son d’une vidéo de Mokhtar Belmokhtar qui annonçait la mise en place de sa propre « katiba » (brigade), les « Signataires par le sang », après sa démission d’Aqmi courant octobre.

Dans cet enregistrement, souligne la Haute autorité de l’audiovisuel et de la Presse (Hapa), le jihadiste « incitait les Mauritaniens à intégrer le terrorisme à l’extérieur et à l’intérieur de notre pays ».

« Ceci étant en contradiction explicite avec les dispositions de la loi sur la presse et du cahier des charges » signé par les médias, « la Hapa vous accorde 24 heures pour vous expliquer à ce sujet », écrit la Haute autorité.

La Hapa rappelle que Mokhtar Belmokhtar, dit « Bellawar » (le borgne), a été condamné par les tribunaux mauritaniens et fait l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par la justice mauritanienne pour sa participation à des attaques et enlèvements perpétrés sur le territoire mauritanien.

Le groupe Sahara Médias, propriétaire de la radio, se défend en expliquant avoir « diffusé une partie de la vidéo avec le professionnalisme requis, comme le fait toute la presse dans le monde et n’a nullement cherché à faire la publicité pour qui que ce soit ».

Mokhtar Belmokhtar, récemment destitué d’Aqmi, a quitté cette organisation jihadiste qui contrôle depuis huit mois le nord du Mali avec deux autres groupes islamistes armés, et fondé sa propre unité combattante.

Dans cet enregistrement, l’ancien chef de la katiba des » Moulathamines » (Les enturbannés) appelle tous les musulmans à venir combattre pour « la cause juste de l’Azawad », estimant que ces territoires nord-maliens font face à une « tentative détrangler le projet islamique », menée par les pays de la sous-région, « appuyés par les puissances occidentales croisées, notamment la France ».


Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge