Mauritanie/2e tour de la présidentielle malienne : La pluie empêche les électeurs d’aller aux urnes

electionmalirim

Les maliens de Nouakchott sont retournés ce 11 aout dans les bureaux de vote de la nouvelle maison des jeunes de Nouakchott pour le 2e tour de la présidentielle qui oppose IBK à Soumi. Malgré le peu d’affluence constaté dans la matinée par certains présidents de bureaux de vote, pour ce 2e round selon Boubacar Sidiki Traoré de la commission électorale de l’Ambassade malienne (CEA), il y avait pour Nouakchott (4102 électeurs inscrits), Nouadhibou (1818), Sélibabi (1067), Kiffa (469), Aioune (468) et au camp de réfugiés de Mbéra (8470). Ce qui donne un total de 16394 électeurs inscrits pour la Mauritanie dans le cadre de la tenue de ce 2e tour,  précise cette source.

La pluie, quel impact sur le taux de participation?

Si des dispositions ont été prises pour améliorer l’organisation de ce 2e tour de scrutin comme le prouve la fluidité des votes par rapport au 1er tour selon certains votants, la pluie survenue au cours de ce vote « pourrait avoir un impact sur le taux de participation » à cause notamment de l’accès au site de vote assure un membre de la CEA. Un avis partagé par Niairé, président du bureau de vote 5 pour qui à son niveau « il y a eu un vote massif qui pourrait être handicapé par la pluie ». Pour ce dernier il ya eu un engouement pour ce 2e round estimant que « des gens sont venus aujourd’hui alors qu’ils n’étaient pas là au 1er tour » espérant que le taux de participation sera meilleur cette fois-ci.

A l’écoute des maliens

Après un feuilleton de crise intense, les maliens aspirent au changement désormais. Une aspiration qui apparait dans de nombreux témoignages recueillis par notre reporter. Pour Bourama Diallo, un sportif vivant ici depuis 2007, les maliens « doivent élire un bon président » alors que des passants misent sur IBK espérant que ce dernier soit « élu 100% » même si Soumaila bénéficie du soutien de puissance étrangère d’après d’autres. En tous cas le futur président qu’il soit du sud ou du nord a de nombreux de défis à relever : la question de la gestion des villes nord domine le débat. Ainsi pour le jeune touareg Mohamed Yahya Ould Ahmed Saleh, « le problème du nord mali est lié au sous développement, il faut mettre les gens au travail, ils oublieront ainsi l’art de la guerre ». Un avis partagé par son compatriote Mohamed Aly Ag Mohamed. «Il faut que le Mali ait un président qui soit à la hauteur des défis de l’heure» convaincu que la cohabitation entre les communautés du nord et du sud est bien possible. Comme quoi la solution de la crise malienne passe avant tout par le dialogue inter communautaire.

Awa Seydou Traoré

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge