Même Oumeir soutient Bouamatou !

Mohamed Fall Oumeir

Depuis quelques jours, dans le petit monde de la presse locale, on souriait du silence d’Oumeir, le journaliste préféré d’Aziz qui décidément n’attend plus rien d’Aziz ! C’est vraiment que l’heure est grave. Oumeir prendre parti dans cette affaire de la sorte ! C’est incroyable ! Oumeir qui attend un poste depuis tant d’années qu’il donne des conseils en tout genre salade après salade dans tous les domaines en digne expert en tout : historien, géographe, sociologue, anthropologue, politologue et tant d’autres Ogues mais jamais bouledogue car l’homme veut toujours rester « postable » le jeudi suivant.

D’ailleurs le malheureux, des bandits lui ont fait le coup l’autre jour en faisant courir sa nomination sur toutes les ondes terrestres et célestes à tel point que notre ami Oumeir, le dernier des mots-hihan, gardien du temple après Habib comme il aime souvent rappeler qu’il fut de cette trempe-là avant de tremper ailleurs, à telle enseigne que notre ami a dû pondre une capsule pour dire que son téléphone a dû être rechargé deux fois après les fausses rumeurs de nomination. Deissane, on l’imagine bien à la poursuite de la rumeur comme un joueur de loto qui aurait perdu son ticket gagnant…

Vraiment, ça fait plaisir de lire Oumeir prenant parti contre Aziz dans cette affaire, ça veut dire tellement de choses : quasiment plus personne parmi les plumes  de tout bord n’espère plus rien d’Aziz, rien de rien, ensuite cela signifie que quasiment toutes les plumes sont du côté de Bouamatou dans cette affaire, ce n’est pas rien même si Oumeir nous explique que le vice-président de BSA au trou est son ami.

Oumeir n’a pas trahi, Oumeir n’a pas joué des virages et autres virgules, il a défendu son ami de façon claire nette et précise. Ça fait du bien de voir dans ce pays moins d’ingrats même si on se demande ce qu’aurait dit Oumeir s’il s’agissait d’un autre qu’un ami et mieux si cet ami n’eût été un vice-président d’un groupe dont le patron selon Ahmed Ould Hamza a graissé la patte à toute la république.

Bah ! Ne faisons pas de mauvais procès à Oumeir et relisons sa sortie historique :

« Le retour de la bête

Tout y était, même la grisaille d’un temps bâtard où un vent chargé de poussière se lève pour retomber immédiatement, comme s’il s’agissait de rappeler aux humains la précarité de l’environnement dans lequel ils se meuvent.

Il y avait là tout pour me rappeler quelques (mauvais) souvenirs d’un passé que nous tentons, inconscients que nous sommes, d’enfouir dans nos têtes, comme si les images appartenaient à une autre époque, un autre monde…

C’était l’époque du «complot permanent», celle qui a vu la plus grande partie de ceux que le pays comptait en termes d’élites «dérangeantes» passer entre les mains de la police, le plus souvent aller jusque devant les juridictions, pour finir en «dépôt» à la prison, avant de bénéficier d’une liberté provisoire… Mais en fait, on se disait à l’époque que nous étions tous en liberté provisoire. Au moins dans l’aspect aléatoire de cette liberté : on pouvait aller en prison pour …rien. La mise en scène s’accompagnait d’un cérémonial destiné à faire «partager» les malheurs de ceux qu’on a décidé de cibler : parents et amis doivent souffrir dans l’attente de savoir ce qu’il adviendra des leurs en train d’être «entendus» par un Procureur dont on sait à l’avance les choix…

Hier, devant le Palais de Justice de Nouakchott, quelques dizaines de personnes attendaient pour savoir ce qu’il adviendra de Mohamed Ould Debagh, vice-président du Groupe BSA qu’on accuse d’avoir «mis en banqueroute» la société Mauritanie Airways. Comme par hasard au moment où le Groupe auquel il appartient subit plusieurs «ciblages» (fisc, BCM…).

Quand j’apprends que le Procureur qui l’entend n’est autre qu’un Magistrat qui a été un «confrère», je sais d’avance que mon ami passera la nuit en prison. Quand il faisait ses premiers pas dans une «certaine presse», en fait comme chef de rédaction dans le complexe Al Bouchra et la Vérité – deux journaux créés à l’époque pour insulter, vilipender tous ceux qui sont dans la ligne de mire d’un pouvoir boulimique d’arbitraires, l’une des victimes les plus prisées de ces deux journaux était… Mohamed Ould Bouamatou et son Groupe naissant. Comme le Destin «arrange» les choses, voilà que le Groupe est encore «livré» à celui qui a «ouvert (grands) les yeux» sur le Monde dans un univers comme celui d’Al Bouchra et de la Vérité…

Qu’importe si Ould Debagh dont le Groupe ne détenait pas 40% de Airways (51% aux Tunisiens, 10% à l’Etat mauritanien). Qu’importe si rien n’engageait sa responsabilité dans la gestion de la société. Qu’importe s’il a, en tant que président du Conseil, essayé et réussi à régler tous les arriérés des travailleurs n’ayant pas pu trouver du travail. Qu’importe s’il a préservé scrupuleusement le patrimoine de la société après sa faillite. Qu’importe si les travailleurs, dans leurs premiers mouvements de protestations, s’étaient toujours adressés à l’Ambassade de Tunisie et ont toujours dirigé leurs actions contre les Tunisiens. Qu’importe si… qu’importe… Ould Debagh devait aller en prison… il y est. Pour combien de temps ? Peu importe dans la mesure où il n’en souffrira pas, où personne de ses proches n’en souffrira…

Ma petite Teti, ce que ton esprit d’enfant doit retenir c’est que ton père, mon ami, mon frère, n’a pas volé, n’a pas trahi, n’a pas menti… d’ailleurs ce n’est pas pour des raisons pareilles qu’on va en prison chez nous… »

Source : Vlane

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge