Messi a marqué ses 300e et 301e buts avec le Barça, qui s’est imposé à Grenade (1-2)


Auteur de ses 300e et 301e buts de sa carrière avec le FC Barcelone, Lionel Messi a permis au Barça de s’imposer à Grenade (1-2). La balade continue.

 

 

 

 

 

 

Heureusement, il y a Lionel Messi. L’Argentin a sorti le Barça d’une situation difficile ce samedi soir en donnant la victoire aux Blaugrana sur la pelouse de Grenade (1-2), dans le cadre de la 24e journée de Liga. Un doublé inscrit en seconde période (50e, 73e), ses 300e et 301e but sous la tunique catalane, alors que les locaux faisaient la course en tête depuis la 26e minute de jeu grâce à une réalisation d’Ighalo. Un succès qui permet au FCB de prendre provisoirement quinze points d’avance sur l’Atletico Madrid, en déplacement à Valladolid dimanche à 19 heures, en tête du classement.

Le quadruple Ballon d’Or, à l’image du reste de ses coéquipiers, n’a pas pour autant été très serein. A l’image de son petit coup de gueule poussé contre Tello, coupable selon lui de ne pas lui avoir remis la balle en retrait à la 82e minute de jeu sans que ce soit pour autant une manoeuvre des plus faciles. Mais avec son but de renard et son joli coup franc victorieux, l’Argentin a permis au leader de Liga de calmer les velléités offensives de Grenade, dangereuses jusqu’au bout. L’ancien Rennais Yacine Brahimi, entré en jeu pour le dernier quart d’heure (75e), a semé le trouble dans le camp blaugrana en fin de rencontre. Mais il n’a pas fait les bons choix sur ses deux frappes (90e+1, 90e+3).

Xavi et Iniesta préservés, Messi a mis du temps à se libérer

Au final, les supporters ne retiendront de ce succès que le nouveau cap franchi par Lionel Messi. Celui des 300 buts. L’ouverture du score d’Ighalo sur contre-attaque n’est plus qu’anecdotique, même si elle a récompensé une bonne maîtrise locale en première période. A défaut de remettre toutes les pendules à l’heure en seconde période, le très probable futur champion d’Espagne s’est appuyé sur son réalisme pour s’éviter une déconvenue difficile à imaginer avant le coup d’envoi, mais qui commençait à prendre forme à la mi-temps.

La faute, en partie, à l’absence de Xavi et Andrés Iniesta (entré en jeu à la 72e minute), préservés en vue du choc pour l’AC Milan, mercredi en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Sans eux, le Barça a peiné à développer sa créativité et sa maîtrise habituelle, et Lionel Messi a mis du temps à vraiment entrer dans son match. Mais au final, le Barça a eu ce qu’il voulait. Il a fait souffler une partie de ses cadres et peut maintenant passer un dimanche tranquille devant la télévision, à voir se débattre ses deux rivaux madrilènes. L’Atletico, à Valladolid, et le Real, contre Vallecano, tâcheront de vivoter encore un peu dans cet exercice 2012-2013 de Liga.

 

Eurosport

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge