Mézouédonc passé Mahjoub?

contribution
Au pays des éternels commencements, nous sommes perdus entre la volupté de l’espoir et l’inquiétude de l’échec et de la déception. Nous sommes pris en otage par notre négligente arrogance et les cajoleries d’une autosatisfaction trompeuse et débile. Tout le monde s’intéresse à nous sauf nous-mêmes.

 Certaines volontés nationales ou internationales, à tort ou à raison, ont trouvé dans ce pays un sujet de prédilection foisonnant de sensations et d’insolite. Un pays vestige des siècles passés, qui s’impose par ses tares, et nargue le rationnel, voire l’acceptable.

Depuis quelques jours la bouillonnante chaine Al jazzera, s’évertue à étaler à travers des débats et témoignages acerbes le problème de l’esclavage dans le pays de trois millions de dévots. Tous les penseurs, de ce festin étaient tout sauf mauritaniens.
La seule présence mauritanienne dans ces débats parfois passionnés et houleux, était constituée de quelques clips de servantes ou d’esclaves jonchés sur des charrettes tirées par des ânes, ou trainant dans les ruelles sales de la capitale ne sachant ou aller ni quoi faire. Des enfants morveux et malades, privés de toute éducation et de tous soins. Des damnés de la terre sur le sol de leur propre patrie.

Un vieux nouveau problème, duquel la Mauritanie prend quelquefois conscience dans un demi-sommeil, vite effacé par le laisser-aller, le laisser-faire, la mauvaise volonté et la négligence. Un peu comme un illuminé, qui se rendant parfaitement compte que les passants se moquent de son postérieur laissé à découvert, se contente de temps en temps de jeter le pan de son boubou à la hâte, pour découvrir sa nudité quelques minutes plus tard.

Pourquoi devons-nous entretenir cette gangrène éternellement? Pourquoi devons-nous dépenser notre énergie, toute la vie, pour tromper Dieu et les hommes? Pourquoi nous acharnons nous si bêtement a détruire la maison qui nous abrite? Le seul refuge qu’il nous est donné d’occuper?

Pourquoi depuis maître Moctar ould Daddah ne faisons-nous que des diagnostics, pour empirer la maladie? Pourquoi la sage décision de Mohamed Khouna ould Haidalla, appuyée par le conclave des oulémas, d’amputer définitivement les racines de ce spectre effrayant qui nous détruit, reste-t-elle encore sous examen?

Ces oulémas qui ne parlent qu’occasionnellement pour les yeux d’un président et rarement pour l’amour du Seigneur.

Ce qui se raconte sur Al jazzera et autres chaines, renferme beaucoup de fausses données. C’est vrai. Le président Ould Abd al Aziz a fait de louables efforts. C’est vrai. Le peuple mauritanien n’est pas plus méchant, ni plus mauvais que les autres peuples de la planète. C’est vrai.

Le problème de l’esclavage est un crime perpétré par d’anciennes générations, a d’autres époques et sous d’autres circonstances. C’est vrai. Nous sommes tous d’accord que ce phénomène représente la honte de la honte pour cette nation. Je crois. Les esclaves ou anciens esclaves sont restés trop à la traine pour résoudre le problème aussi facilement. C’est une réalité.

MAIS.

Ou sont les résultats des efforts nonchalants que nous avons déployés depuis cette fameuse prise de conscience? Qu’est ce qui a été fait pour blanchir l’honneur et la crédibilité de ce pays, qui a toujours vécu, et dont beaucoup de citoyens sont morts ou se sont appauvris pour simple raison de la défense de l’honneur?

Il y-a quelques semaines à Istanbul, sur internet, j’ai suivi les premières croisées d’un certain maitre Mahjoub. Homme instruit et juste, m’a-t-on dit. Quelques images sur la télévision me montrèrent un homme modeste, habillé d’une saharienne, qui appuyé sur son bâton de pèlerin avait entreprit une longue marche pour éradiquer le phénomène.

Je priai beaucoup pour lui, ce soir-là, sachant pertinemment à quel genre de monstre il allait faire face. Je suis venu en Mauritanie, et sur ses pas j’ai sillonné beaucoup de terre pour déceler des traces ou quelques signes révélateurs du résultat de sa randonnée. Pas grand-chose.

L’épique TV nationale et la glorieuse radio de Mauritanie, ont tout simplement laisse cet homme à son sort. « Qu’il nage ou se noie » nous avons besoin de replonger dans notre sommeil. « La belle Mauritanie au bois dormant. » Cent Mahjoub ne pourront jamais tout faire, tout seul.

Les villages des adwabas n’ont apparemment reçu aucune mission de sensibilisation pour leur dire qu’ils sont des hommes, qu’ils ont une dignité et des droits comme tous.

Les écoles séculaires en banco continuent à braver le temps et les intempéries pour former des enfants jusqu’au niveau de CM, juste bons pour être des apprentis ou à la rigueur des applaudisseurs agréer d’un maitre maquillé en maire qui trône sur leur être depuis des éternités. Bien sûr au sein du parti au pouvoir ou d’un parti qui se tue pour être au pouvoir.

Les pauvres continuent à expérimenter leur pauvreté et les vautours continuent leur tâche macabre. Des zones entières de ce cher pays n’ont jamais vu l’un de leur fils avoir un baccalauréat ou un poste de responsabilité. Ils sont nés pour cultiver la « Bichna » et la « Taqalit », pour engraisser les enfants des autres.

Ils entendent que « le président des pauvres » a ouvert des boutiques, a envoyé des secours, des aides…ils entendent… entendent et ne voient jamais. Ils sont anesthésiés pour accepter… parfois ils se tournent vers un Dieu qu’ils connaissent un peu faute d’éducation et lassés d’implorer le secours de Dieu et des hommes, ils se confinent dans les labyrinthes noirs et sans fin de leur misère.

Je repars de la Mauritanie vers mon « observatoire ». J’espère que les prochaines vacances de l’année suivante seront plus heureuses et apporteront plus de sagesse, de justice et de bon sens pour notre pays. En attendant je continue à me poser cette question insistante : « Mais où est donc passe Mahjoub? »

Dieu l’aide facilite sa tâche et le protège.

Mohamed Hanefi,
chef de département de français. Koweït.

Source : mohamed hanefi

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Commentaires

  1. enachi ahmed a écrit:

    la vraie verite avec hannevi

Exprimez vous!

CommentLuv badge