Yémen: intenses bombardements sur Sanaa, les Chinois évacuent le pays

2015-03-30T103004Z_813795040_GF10000043746_RTRMADP_3_YEMEN-SECURITY-STRIKES_0Au cinquième jour de l’offensive lancée par l’Arabie saoudite, Sanaa, la capitale du Yémen, a été de nouveau la cible de frappes aériennes dans la nuit de dimanche à lundi et ce lundi. Les ressortissants étrangers quittent les uns après les autres le pays. Les Chinois ont emboîté le pas aux Indiens.

Les bombardements se poursuivent ce lundi. Un camp de déplacés dans le nord-ouest du Yémen, a été touché par un raid de la coalition conduite par l’Arabie saoudite. Le raid a fait plusieurs morts et blessés, a indiqué un responsable de l’ONU à Sanaa, la capitale du pays. « On a la confirmation qu’un camp a été touché et qu’il y a des morts et des blessés », a déclaré à l’AFP ce responsable du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (UNOCHA). Un bilan confirmé par l’ONG Médecins sans frontières qui parle d’une quinzaine de morts.

La nuit de dimanche à lundi déjà avait été un « véritable enfer » a raconté un diplomate yéménite. Pour l’essentiel, les raids ont visé le secteur du palais présidentiel, qui jouxte le quartier diplomatique de Sanaa. Selon des habitants de la capitale, les frappes aériennes ont également visé des dépôts d’armes près du mont Nougoum, qui domine la ville.

Le ministère de la Santé, qui est contrôlé par le mouvement houthi, a déclaré dimanche que les frappes aériennes avaient fait 35 morts et 88 blessés durant la nuit de samedi à dimanche, chiffres qui n’ont pu être confirmés de source indépendante. A Aden, bastion des partisans du président Abd Rabbou Mansour Hadi, des tirs d’armes automatiques et des explosions ont été entendus tard dans la nuit de dimanche à lundi.

L’origine de ces combats n’a pu être établie de façon indépendante, mais des témoins ont parlé sur la chaîne de télévision d’Aden d’une nouvelle offensive des Houthis et d’unités fidèles à l’ancien président Ali Abdallah Saleh, à partir du nord et en direction de Cheikh Ousmane, une banlieue résidentielle d’Aden. Certaines chaînes de télévision satellitaires arabes ont déclaré de leur côté que les Houthis se trouvaient à une trentaine de kilomètres au nord d’Aden.

Les étrangers évacuent

Suivant l’exemple d’autres pays comme l’Inde, la Chine a donc décidé d’évacuer tous ses ressortissants. « Tous les Chinois seront bientôt sur leur chemin de retour et en sécurité», a assuré le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi. Cent-vingt deux citoyens chinois auraient déjà été évacués vers Djibouti, mais près de 500 autres seraient encore pris au piège, selon le Quotidien du Peuple. Pour évacuer ses ressortissants, Pékin peut s’appuyer sur sa flotte déployée dans le Golfe d’Aden depuis 2008. Des navires qui effectuaient des missions anti-piraterie jusqu’à présent, rapporte notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt.

L’association des armateurs chinois demande par ailleurs à ses membres de rester vigilant car la marine chinoise suspend jusqu’à nouvel ordre ses escortes armées censées sécuriser le transport de marchandises venant de Chine. Deux frégates lance-missiles, le Linyi et le Weifang, se trouvent dans la zone, en plus d’un navire de ravitaillement équipé de deux hélicoptères et avec 700 soldats à bord. La Chine a connu d’autres évacuations d’urgence, bien plus importantes celles là : en 2011, lors du Printemps arabe, quelque 36.000 ouvriers ont dû être rapatriés.

Source: Rfi

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge