Mort de M. Brown: Ferguson en ébullition

 

2014-11-25T044927Z_567450666_TB3EABP0CCWV0_RTRMADP_3_USA-MISSOURI-SHOOTING-PROTESTS_1_0

Aux Etats-Unis, le policier qui a tué Michael Brown ne sera pas poursuivi par la justice américaine, a décidé un grand jury populaire. L’homme avait tué de six balles un adolescent noir de 18 ans en août, dans la ville de Ferguson, dans le Missouri. Après la stupéfaction, cette décision a provoqué la colère des habitants.

Article régulièrement mis à jour

Devant le poste de police de Ferguson, dans un silence de mort, quelques milliers de personnes ont écouté par téléphone portable le procureur du comté de Saint Louis expliquer pourquoi le grand jury n’inculpera pas le policier qui a tué Michael Brown. Ce dernier avait été abattu en plein jour de six balles, au début du mois d’août 2014. Il avait 18 ans et ne portait pas d’arme. L’évènement avait provoqué de graves émeutes dans cette ville du Missouri. « Le devoir d’un grand jury est de séparer les faits de la fiction (…). Nous ne retiendrons aucune charge criminelle contre Daren Wilson », a déclaré à la presse le procureur Robert McCulloch.

À l’annonce de la nouvelle, il y a eu trente longues secondes de stupéfaction parmi les habitants de Ferguson massés devant le poste de police, avant que la colère n’éclate, comme a pu le constater l’envoyée spéciale de RFI à Ferguson, Anne-Marie Capomaccio. La mère de Michael Brown était présente, debout sur le capot d’une voiture, en larmes. Elle n’a pas pu aller au bout de ce qu’elle voulait dire. Elle a appelé au calme et s’est effondrée. C’est comme si personne ne parvenait à croire à cette décision, alors que tout indiquait, et notamment des fuites pendant les délibérations, que Darren Wilson ne serait pas inculpé.

« Les jeunes ne lâcheront pas »

« Nos jeunes ne voient pas cette affaire comme une injustice individuelle, ils voient cela comme une agression contre toute une génération, analyse Dr Cornell William Brooks, président fédéral de la NAACP, le plus important lobby afro-américain. C’est une manière de dire que, quand vous avez un Afro-Américain sur trois qui ira en prison au cours de sa vie, quand un Afro-Américain sur quatre dit avoir été maltraité par la police chaque mois, selon un sondage Gallup, quand les Afro-Américains ont 20 fois plus de risques que les autres de mourir, tués par un officier de police, nous avons un réel problème. Nous avons une génération de jeunes qui comprend cela, et ils n’abandonneront pas. Et nous ne pourrons pas les convaincre qu’ils sont impuissants. D’ailleurs, qui sommes nous pour leur dire qu’ils sont impuissants ? »

La situation s’envenime après la stupéfaction

Ferguson ne parvient pas à comprendre comment les 12 jurés ont pris leur décision, après trois mois de travail, après avoir entendu des dizaines de témoins des faits qui ont mené à la mort de Michael Brown. Des témoins qui, d’après le procureur, se sont contredits. Les manifestants ont alors crié des slogans devant les quelques dizaines de policiers armés, protégés par des casques et des boucliers. « Nous ne sommes pas une démocratie », ont hurlé des jeunes, avant de lancer des pétards. Ils ont également lancé leurs téléphones portables et leurs pancartes sur les policiers. Des vitrines ont été brisées et au moins deux voitures incendiées. Des coups de feu ont été entendus et des gaz lacrymogènes ont été tirés.

Les policiers ont immédiatement reçu des renforts, des dizaines d’hommes armés, casqués, invectivés par les manifestants. « Notre vie n’a aucune valeur, il ne peut y avoir de paix sans justice », a scandé la foule. « Les policiers massacrent et tuent des gens depuis de nombreuses années, et le système judiciaire les soutient toujours. Nous sommes fatigués, ça nous rend malades. Nous allons leur faire comprendre, c’est terminé, ça suffit ! », témoigne un manifestant. « Cela signifie, poursuit un autre homme, surtout dans l’Etat du Missouri, que les justifications pour tuer une personne sont minces, qu’ils peuvent dire à peu près n’importe quoi. Il y aura une excuse qui les exemptera. Mais avec la jeune génération, et avec les médias sociaux, ils ne peuvent plus passer sous la couverture radar. »

« Nous devons accepter », assure Barack Obama

Peu après l’annonce, le président Obama a demandé aux personnes massées dans les rues de Ferguson de manifester dans le calme, et à la police de faire preuve de « retenue ». « Tout d’abord et avant tout, a déclaré le président américain,nous sommes une nation de lois, et par conséquent, nous devons accepter le fait qu’il revenait au grand jury de décider. Il y a des Américains qui sont d’accord avec la décision et il y en d’autres qui sont profondément déçus, et même en colère. C’est une réaction compréhensible. Mais je me joins aux parents de Michael Brown en demandant à tous ceux qui s’opposent à cette décision de le faire de façon pacifique. »

« Laissez-moi répéter ce qu’a dit le père de Michael, a poursuivi Barack Obama : “ Blesser quelqu’un ou briser des vitrines n’est pas la solution. Quelle que soit la décision du grand jury, je ne veux pas que la mort de mon fils ait été en vain. Je veux qu’elle mène à des changements importants, des changements positifs, des changements qui feront de Saint Louis une meilleure région pour tout le monde. ” Les parents de Michael ont perdu plus que n’importe qui, et nous devrions honorer leur souhait. Je fais aussi appel aux forces de l’ordre de Ferguson et de la région pour qu’elles fassent preuve de retenue quand elles contrôlent les manifestations pacifiques qui peuvent se produire. »

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge