Mort par négligence médicale

arton10229-96e50Selon des sources journalistiques, notamment le site « Tawassoul », qui rapportent l’information, un malade qui souffrait de la prostate est décédé samedi 18 avril 2015 par étouffement suite à une négligence médicale.
Entouré de ses proches, l’homme aurait souffert pendant 11 heures d’affilée sans assistance, de 6 heures du matin jusqu’à 16 heures. Aucun médecin ni infirmier ne serait venu pour s’enquérir de son cas, malgré les efforts déployés par ses accompagnateurs.

Tout aurait commencé le 12 avril dernier, lorsque le nommé Yahya Ould Ebouh, originaire de la ville de Kankossa, fut évacué d’urgence à l’hôpital Cheikh Zayed suite à des complications nées d’une opération chirurgicale effectuée dans une clinique privée de Tevragh-Zeina. Le chirurgien qui l’avait opéré exerçait à l’hôpital Cheikh Zayed absent, ses parents décidèrent de le transporter ailleurs. Il était accompagné par son neveu, Mohamed Abdallahi, un gendarme à la retraite. Le samedi 18 avril, à 6 heures du matin, le malade s’étrangla, à cause des urines, ses voies respiratoires étaient bloquées. Le médecin de garde était absent. Le neveu déclare être parti chercher rapidement un infirmier externe. Celui-ci les aurait aidés plusieurs fois à régler ce problème grâce à un appareil qui a toujours permis au malade de retrouver son souffle et de se sentir mieux.

Mais le bonhomme était introuvable. Les parents du malade, qui suffoquait terriblement, selon leurs témoignages, se seraient alors rabattus sur une des infirmières du service d’Urologie pour l’informer du cas du malade et lui demander d’appeler le médecin de garde. Cette dernière se serait dirigée avec indifférence vers la salle de garde et n’y bougea plus. Il aurait fallu toutes les menaces du neveu du malade, l’ancien gendarme à la retraite, qui lui disait qu’il lui fera supporter la responsabilité de tout ce qui pourra lui arriver, pour qu’elle daigna enfin appeler par téléphone le médecin de garde.

Mais il était trop tard. Le malade avait trépassé après 11 heures de suffocation et de souffrances extrêmes. Il était 16 heures. Selon Mohamed Abdallahi, le neveu du défunt, ce qui s’est passé ne peut être qualifié que de crime avec préméditation, une impardonnable négligence par absence du médecin de garde et de tout suivi médical. Un incident qui aurait laissé, selon ses dires, un profond traumatisme au sein de la famille du malade, notamment ses deux filles qui étaient présentes au cours de son long agonie. Ils ont alors indiqué que deux cas similaires à celui qui était arrivé à leur père se sont produits sans qu’aucune sanction n’ait été prise à l’encontre du personnel fautif. C’est comme si, selon elles, e centre de santé où ils se trouvaient n’est qu’un vaste terrain de chasse où les médecins ne viennent que pour gober de potentiels clients qu’ils orientent vers leurs propres cabinets médicaux sans se soucier de ceux qui ne leur rapportent rien.

Même pour transporter le corps du défunt, l’un de ses neveux déclare s’être bagarré avec les portiers qui gardent l’entrée dudit centre, qui lui refusaient l’entrée de son véhicule.

Les sources journalistiques qui ont rapporté l’information, en l’occurrence le site « Tawassoul » indiquent qu’aucun interlocuteur au sein du service d’Urologie n’a daigné répondre à leurs questions encore moins leur livrer l’identité du médecin qui était en garde le samedi 18 avril 2015 ni celle de l’infirmière de service.

Sur le coup d’une accusation de détournement portant sur 18 Milliards d’UM, l’ex-Trésorier de la République aurait cherché asile politique en Belgique
L’information circule depuis quelques jours, relayée par plusieurs sources journalistiques. L’ex-Trésorier général se serait enfui vers la Belgique où il chercherait un statut de réfugié politique. Il serait sous une forte menace d’incrimination par les services de contrôle d’Etat qui auraient découvert un trou de 15 Milliards d’UM dans ses caisses. Les mêmes soupçons pèseraient sur le chef de service de la comptabilité centrale de la Trésorerie générale. Là également, la dernière inspection aurait découvert un détournement d’environ 3 Milliards d’UM. Certaines sources indiquent que le chef de service aurait disparu depuis quelques jours, fermant tous ses téléphones alors que d’autres sources démentent l’information sur une quelconque fuite de l’intéressé. A noter que plusieurs Trésoriers régionaux sont actuellement emprisonnés et transférés à Bir Moghreïn, à l’extrême Nord du pays, accusés d’avoir détourné des fonds publics.

Arrêté alors qu’il s’apprêtait à prendre l’avion pour Las Palmas
Les forces de sécurité ont arrêté mardi 21 avril dernier à l’aéroport de Nouadhibou, un homme, la trentaine, alors qu’il s’apprêtait à prendre l’avion pour Las Palmas des Grandes Canaries. L’homme caché un pistolet dont le barillet contenait des balles. L’arme était cachée dans son sac et a été détecté avant qu’il n’embarque à bord par les gendarmes. Nul ne sait l’intention réel de l’homme, s’il cherchait à pirater l’avion ou commettre un attentat terroriste.

Mais la vigilance des gendarmes leur a permis de détecter l’objet suspect passé au laser. Vérification faite, ils découvrirent un pistolet de petit calibre, type Smith WF. Il paraît que l’homme a été livré aux services de l’armée.

Bataille tribale, tirs à balles réelles et deux blessés à Bassiknou
Deux blessés par balles auraient été évacués mardi 21 avril 2015 au centre de santé de Bassiknou, au Hodh Charghi. Il serait question de bataille tribale autour d’un puits près de Fassala Néré et des rafales de mitraillette. Deux tribus, dont l’une mauritanienne et l’autre malienne se seraient affrontées, causant la blessure de deux personnes qui seraient toutes de la tribu mauritanienne

Ahmed.B

Source: Lauthentic

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge