Naufrage au large des côtes tunisiennes : plus de 200 personnes disparaissent en mer

Entre 200 et 270 migrants fuyant le conflit libyen ont disparu, ce 2 juin au large des côtes tunisiennes. Six cents autres ont pu être secourus, alors qu’ils tentaient de rejoindre l’Italie et l’île de Lampedusa à bord d’une embarcation qui a fait naufrage. Les autorités militaires  tunisiennes avaient pourtant débuté dès le 1er juin des opérations de secours afin de ramener à terre ces réfugiés originaires majoritairement d’Afrique sub-saharienne.

Naufrage de bateauPendant plus de trente heures, la Garde nationale tunisienne est parvenue à sauver près de 600 migrants : des hommes, des femmes, des enfants également d’Afrique sub-saharienne pour la plupart. Mais lorsque l’embarcation s’est finalement retournée, le colonel Tahar Landoulsi, chef des secours, n’a rien pu faire pour plus de 200 personnes : « On a essayé de repêcher tous les vivants, mais malheureusement les autres, c’était impossible puisqu’ils étaient soit à l’intérieur du navire ou alors sous la coque ».

Cinq jours auparavant, deux Nigérians de 29 ans avaient embarqué de Tripoli pour fuir la guerre et le chômage en Libye. Dans l’accident, ils ont perdu beaucoup de leurs proches, mais ne pensent qu’à repartir pour l’Europe : « Mon père et ma mère sont morts. Qu’est-ce que je vais faire ? Je vais risquer ma vie pour l’Italie ? J’ai perdu tant de choses. Nous immigrons de la Libye vers l’Italie. Nous devons atteindre cette destination sinon nous serons trop frustrés. J’ai perdu mes frères, mes sœurs dans la mer. Il y a une guerre en Libye et c’est pour cela que nous migrons vers l’Italie, pour fuir la guerre ».

Beaucoup de ces survivants confessent que Tripoli a largement facilité leur départ. Tous ont été évacués vers le camp de réfugiés de Choucha, près de la frontière libyenne en Tunisie, d’où beaucoup espèrent maintenant repartir en Libye pour embarquer à nouveau vers l’Italie.

Source : RFI

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind