N’diaye Bocar responsable de l’initiative « Alternative Démocratique : « Nous comptons participer au débat et à l’action politique. »

ndiaye_bocarEntretien avec N’diaye Bocar responsable de l’initiative « Alternative Démocratique créée récemment. Il est aussi le responsable du département environnement de la SNIM. Dans cet entretien, il parle de cette initiative, du boycott de l’opposition et d’autres questions politiques qui interpellent le citoyen.

Quotidien de Nouakchott: Dans une Déclaration publiée au lendemain des élections législatives et municipales vous annoncez votre départ de l’ufp pour fonder avec quelques uns de ses dirigeants, une organisation que vous dénommez « Alternative Démocratique ». Certains estiment que c’est un « non événement », qu’en pensez-vous ?

N’diaye Bocar : De quoi ? De notre départ ou du jugement que vous rapportez ?

QDN : Des deux !

N’diaye Bocar: je vous remercie tout d’abord, en mon nom et au nom de mes amis, de l’occasion que vous me donnez de m’exprimer sur cet événement que certains estiment, et c’est leur droit, être un événement mineur ! Nous estimons quant à nous qu’un événement de cette nature, quelque soit son ampleur, est toujours inquiétant, parce qu’il est l’expression d’un malaise profond, c’est au contraire, une sonnette d’alarme, un événement qui devrait interpeller les premiers responsables de ce parti.

QDN : vous croyez donc que votre départ aura une conséquence quelconque sur la vie de ce parti ?

NB : en tout cas c’est ce que nous espérons et dans le bon sens, contrairement à ce que croient certains, nous espérons en effet que ce départ donnera l’occasion à ceux qui resteront, d’ouvrir un débat de fond sur son orientation et sa ligne politiques, nous souhaitons de tout cœur que ce parti survive parce que notre scène politique en a besoin !

QDN : On soutient aussi ici et là que votre initiative serait téléguidée !

NB : Par qui ?

QDN : C’est à vous de me le dire !

NB : Vous savez, je vais vous surprendre en vous disant que nous nous attendions à ce genre de commentaire, dans un pays en voie de maturation politique où la pluralité des expressions n’est que très rarement comprise et…acceptée, un jugement de cette nature est inéluctable ! C’est l’absence d’une telle réflexion qui m’aurait étonné ! Ceci dit, je ne vois pas qui aurait pu « téléguider » une décision dont les fondements remontent à plusieurs mois avant son effectivité !

QDN : Vous auriez pu attendre un éventuel « congrès » ou assises de la clarification ! Pourquoi maintenant ?

NB: C’est vrai que nous aurions pu attendre, comme vous dites, un éventuel congrès ou d’éventuelles assises avant de partir! Mais, pour ce qui me concerne, j’avais déjà attiré l’attention, dans un journal local (Boghé) sur la faute politique aux conséquences désastreuses pour ce parti, que constituerait le maintien de la décision de boycott ; à ma grande surprise cet appel à la raison n’avait suscité aucune réaction de la part de ses dirigeants !

Peut être parce que j’étais une « quantité négligeable »! Mes amis de l’Alternative ont estimé, quant à eux que ce parti n’était plus simplement le leur, interrogez les, ils vous répondront mieux que moi ; Nous avons donc eu, ensemble, l’impression qu’il lui serait quasiment impossible de changer de cap et de s’adapter ; Nous avons une lecture totalement différente des priorités et des enjeux ; Nous l’avons exprimé dans notre Déclaration !

QDN : A présent que vous êtes partis, que comptez-¬vous faire ?

NB : Nous l’avons également exprimé dans notre Déclaration : nous comptons participer au débat et à l’action politique.

QDN : Oui, mais dans quel cadre ? En restant une simple initiative ou en vous transformant en parti politique ? Vos structures sont provisoires !

NB : Notre projet, au moment où je vous parle, n’est pas de nous transformer en parti politique, le parti politique n’est pas l’unique cadre d’expression ou de l’action politique ; Alternative Démocratique n’est pas, contrairement à ce que vous dites, « une simple initiative », nous voulons être un mouvement de réflexion et de propositions, capable de porter une vision nouvelle sur la Démocratie et toutes les questions de société…

… si nous devions conserver ce cadre, nous n’excluons pas cependant de travailler avec tous les partis politiques sur la base d’une identité de vue sur les enjeux fondamentaux de notre Société ! S’agissant des structures de notre Organisation, elles sont en effet encore provisoires et évolutives, nous procéderons très bientôt, suite à son élargissement, à l’adoption d’une structure de direction définitive, pour nous atteler à l’essentiel !

QDN : Travailler avec tous les Partis, vous dites, y compris avec celui du Pouvoir ?

NB : Pourquoi cette mise en relief du parti du Pouvoir ? N’est-¬il pas un parti comme les autres ? Le refus de la stigmatisation ou de la diabolisation, par principe, de tel ou tel autre parti, est l’une des lignes directrices de notre organisation, nous discuterons donc avec tous les partis, y compris d’ailleurs avec l’UFP ; nous soutiendrons et nous contribuerons à l’action du Parti avec lequel nous nous entendrons, sans complexes !

QDN : Quelle forme prendrait cette collaboration le cas échéant ? Intégration ou autonomie ? En tout cas lors des dernières élections on vous a vu à l’œuvre à Nouadhibou où vous avez contribué à côté d’autres partis à inverser la tendance au profit de l’UPR.

NB: J’estime cette question sur la forme de collaboration quelque peu prématurée ? N’est ce pas ? Le moment venu, nous aviserons, tout dépendra du contexte ! Quant à ma décision de participer aux dernières élections municipales à Nouadhibou, il faut dire tout d’abord qu’elle était en conformité avec mon rejet du boycott, elle était ensuite dictée par ma lecture des enjeux locaux et sur ma conviction que le candidat que j’ai soutenu était le meilleur pour les prendre en charge.

Propos recueillis par Moussa Diop

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge