Ne soyez pas les poubelles du mal

Mohamed HanefiLouange à Dieu, Le Seigneur des mondes et que la paix soit sur ses messagers, ses sages et ses doués de raison. Citoyen raisonnable. Je voudrais t’inviter à réfléchir sur un phénomène, qui nous envahit, sous une anesthésie généralisée.
Chaque jour que Dieu fait, nous sommes soumis à une invasion médiatique sans filtre, qui nous transforme graduellement en d’autres personnes que nous-mêmes. Ces informations-déluges, exercent une pression néfaste et dangereuse sur tous les aspects de notre vie. Elles nous dévêtent insensiblement de notre âme humaine.
-Vlane est condamné à mort.
-Une femme est décapitée en présence de ses enfants.
-Des centaines de morts et de blessés jonchent les rues.
-Les ambulances sont debordées.
-Un viol collectif sur une petite fille de deux ans.
-Un homme atteint d’un cancer généralisé lutte contre la mort.
-Monsieur un tel trahit sa femme avec un haut responsable. Affaire à suivre…
-Un camion de dix tonne écrase la tête d’un enfant. (Voir NOTRE photo).
-Un ours furieux croque les cuisses d’une femme et ce qu’il y a avec, devant les spectateurs médusés.
-Vive tension entre les Abares et les Barbares.
-Une haute personnalité surprise en flagrant délit d’adultère, se suicide.
-Toute une famille incinérée dans un Enfer à …..
-Attention âmes sensibles s’abstenir….
-restez avec nous. Nous vous transmettrons l’événement minute par minute.
-Ceci est diffusé Exclusivement sur notre chaine.
-Avec nous vous suivez cet événement dramatique, comme si vous étiez. (Nous ne voulons pas y être. Qui vous dit que nous voulons y être ?). Ou allons-nous?
Même lors d’une visite aux vieilles personnes, on ne prend même plus la peine de faire preuve de décence. Ce sont toujours les :
-Tu connais vlane ton ancien ami? Il vient de mourir.
-Tu te rappelle du voisin avec qui tu prenais le thé le matin. Il a divorcé son épouse.
-Ton ami…est mort. Alhamdulillah, il a vécu quatre vint ans.
Quel intelligent réconfort nous apportons à ces personnes au crépuscule de leur vie!!!
Nous vivons le règne du mal et de la mal-information.
Nos oreilles, nos cerveaux, notre jugement, nos rapports sont devenus des poubelles pour ces sadiques personnes, qui peinent à cacher la délectation maladive, qui les anime devant le malheur humain. C’est une contagion irrésistible, qui fait partie désormais du repas de midi ou du diner. Brouter son repas au rythme des catastrophes.
Les journaux parlés et télévisés ne sont plus attirants sans ce lot macabre de souffrances et de ruines. Les cris de détresse, les cadavres, les appels au secours sont désormais une épice indispensable pour la digestion.
Assis confortablement le postérieur callé dans un fauteuil moelleux, l’homme moderne aiguise sa vanité, son importance et son semblant d’intelligence en feuilletant les tripes, les débris humains, la détresse des enfants emprisonnés sous les décombres et les femmes échevelées et livides, le regard perdu et affolé, fouillant les ruines d’un immeuble à la recherche d’un corps ou d’un reste de corps des siens.
Il est vrai que l’homme doit être au courant de ce qu’endurent les autres. Mais à ce degré l’objectif est devenu tout autre. Il est clair désormais que toutes les ressources de l’humanité, confiées pour un temps, à ceux qui pensent être les puissants de ce monde, sont consacrées à la destruction de la Création.
Les hommes se sont tournés résolument vers le mal. Ils l’ont sanctifié, célébré, vénéré. Ils auront le temps, tout le temps de le regretter. C’est sûr. Cette forme de sadisme améliorée de tuer, de mutiler et d’humilier, s’accompagne de nos jours d’une consœur machiavélique: qui consiste à faire goutter à ceux qui sont encore hors des champs des massacres héroïques, les relents enivrants de cette puissance satanique à mutiler la dignité des êtres.
Ceci a contribué graduellement à banaliser le sacré et à vulgariser l’illicite. Comme une brise qui effleure les sens, le sang humain versé à flot ne provoque plus de répulsion chez les spectateurs.
Ces mauvaises nouvelles, ces atrocités célébrées dans l’allégresse de chaines de télévisions feutrées et chamarrées de toutes les couleurs douces, transforment les auditeurs en poubelles consentantes et souvent émerveillées devant le déclin de la morale, de la compassion et de la miséricorde.
Entre une bouchée de riz et une pincée de salade assaisonnée de vinaigrette, on croque distraitement en réalité le droit de cet enfant brunis par le sang et la poussière des bombes, qui vient de perdre ses parents, à la foi, réduite à sa plus simple valeur : la pitié et La compassion.
Vous préparez vos enfants assis à coté de vous à être des criminels sans âme. N’y avez-vous pas réfléchi?
L’humanité se dénature. Et elle médiatise sa dénaturation.
Un moindre effort consiste à ne pas servir de porte parole ou de poubelle pour ces sadiques.
La nouvelle vous parviendra de toute façon.
Les humains ont décidé de bruler ce que le Seigneur des mondes a sacralisé. Mal leur en prendra.
Aujourd’hui la force avale la faiblesse. Mais demain la puissance détruira la puissance. Car le feu se consume, quand il n’a plus rien à consumer. Ou que nous allions, la fin nous attend, les bras croisés, l’air narquois et sûr, à la FIN de toutes les fins.

Mohamed Hanefi. Koweït

Source : Mohamed Hanefi

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge